Breizh da Jezuz

Publié le par Tiegezh Santez Anna

 

 

 

 

************************************************

Pardon Santez Anna 2011

***********************

*************************************************

 

 

     Kemeret eo bet ar boaz gant Tiegezh Santez Anna, da lidañ bep bloaz hor Paeronez Santel, pergen d’ar Sul a-raok he gouel lid, d’ar 26 a viz Gouere.

     Kentradet e 2003, en un doare eeun tre, hogos tiegezhel, eo kresket mat ar gouel, betek kemer, er bloavezhioù diwezhañ-mañ, stumm ur pardon a vez kemennet er c’ha-zetennoù hag o kinnig d’ar berzhidi pourc’hañ o gwis-kamant breizhek.    

     O vodañ pardonerion ar bloavezhioù kentañ e chapel Sant-Mikael ar Vouster, ez eo bet lidet an oferenn, da c’houde, ent kanmoedek, en iliz parrez Roudoualleg, rag-wezhet div wezh gant an Aotrou eskob Jozef Madeg a zeuas warlene da lidañ bennigadenn chapel Lann-Anna a-boan echuet.

     Goude ar pred e stumm un tinellig lodennet, a voe soue-zhus a-walc’h evit lod, en deroù, en em gav c’hoazh ar bar-donerion evit ar gousperoù, bet gwellaet a vloaz da vloaz, a-benn lidañ Patronez ar Vretoned, Mater Patriae, tra ma voe kinniget ambilherezhioù liesseurt o kendeurel da reiñ e liv dibar d’hon deiz gouel.    

      Ha koulskoude e voe hor pardon, deuet da vezañ ho-gozik un hengoun, war nes bezañ ampellaet ha dilezet zoken. N’eus nemet breuriezhig Lann-Anna hag un dornad tud a youl vat evit en aozañ. Hogen c’hwi oar ez eus labourioù bepred e Lann-Anna ! Kurioù kaer a voe a-wezhoù ha ni o kenderc’hel gant ar chanter hag o tanzen war un dro ar pardon, hag izkiz a-walc’h e voe gwelout ar bardonerion kenbeget er skiber deuet da vezañ re enk pe er porzhig gant ar rivinoù tro-dro… Hag ez eus, ouzhpenn an diaesterioù danvezel, ar boan da gavout ur beleg evit lidañ an oferenn... Zoken e tegouezhas gant Don Pierre-Nicolas lidañ, evit ar wezh kentañ eus e vuhez, an oferenn e brezhoneg !

     Gant ar gouel o kreskiñ ez omp en em gavet evel er c’hroazhent, tra ma oa liesseurt c’hoantoù ar berzhidi, pell a-walc’h a-wezhioù zoken diouzh mennadoù an deroù… Neuze, da-geñver an navet pardon, hon eus soñjet e ran-kemp prederiañ un tamm ha kantsellout ouzh an traoù, her-vezh hon araezioù dister, hag o klask bezañ fealoc’h bepred ouzh galvadenn Tiegezh Santez Anna. Gwelout a reot eta eo bet kemmet un tamm mat ar raklun a zo izelekoc’h, diouzh un tu, gant ma vo graet pep tra e Lann-Anna, hag uhelekoc’h war un dro, gant ma pado meur a zevezh… Hag evit en em brientiñ e kinnigomp deoc’h un nebeud prederiadennoù o sklê-rijennañ hon hent.  

**********************

 

Santez Anna ha

meuleudi ar broadoù

*********************************************************

************************************

******************************

 

*

     Kent lidañ he fardon, troomp hor sell eta davet hor Paeronez Santel : "Hag hi merc'h Pobl an Emglev ha mamm an Arc'h Nevez, e astenn santez Anna war hon tiegezh speredel gwarez he mantell, o treiñ hor sell davet an neñv steredennet hag o tegas dimp grataennoù Doue evit holl bobloù an douar. " (Tennet eus Kan ar Pobloù).  Abaoe deroù dister Tiegezh Santez Anna, war un dro gant kehelañ santez Anna evel Patronez Breizh hag o klask herouezañ an emwrizienañ e stuzegezh ar vro, ez omp bet kaset da erverzout steuñv sil­vidigezh Doue evit holl bobloù ar bed. Ha ni eus remziad Yann-Baol II, hon eus degemeret gant anaoudegezh vat e gelennadurezh o lakaat splann ez eo en e sevenadur dezhañ e-unan e c’hell pep den kantouezañ ez eo perzhiek e tiegezh meur mab-den. Hag eñ gwriziennet en un tiegezh, en ur bobl en em anavez enni, e c’hell mab-den en em zigeriñ d’an dud all hag o anavezout evel e vreudeur gant o disheñvelderioù. "Seurt tender etre ar c’hou-barzhegezh hag an hollvedegezh a c’heller sellout outañ, evit gwir, evel enmanel da vab den. En abeg d’o natur boutin e vez lusket an dud da soñjal ez int izili an hevelep tiegezh denel, ar pezh ez int e gwirionez. Hogen, en abeg da istorelezh fetis an natur-se e vezont muioc’h stag ouzh ar strolladoù goubarzhel, ha da gentañ holl ouzh an tiegezh, ha da heul ouzh ar strolladoù liesseurt ma perzhier enno, betek hollad ar strollad kenelel ha sevenadurel anvet gant gwir abeg broad (...). Etre an daou vlein-se  - an hini hollvedel hag an hini goubarzhel - emañ lec’hiet enta dere an den, gant tennder bevret kenetrezo, tennder didec’hus, hogen frouezhus biskoazh frouezhusoc’h, pa vez buhezet gant kempouez peoc’hus." (Yann-Baol II e sezva ar Riezoù Unanet d’ar 5 a viz Here 1995 nv 7.)

Santez-Anna-Kebek

     Daoust hag-eñ e vefe d’ar Gelted, d’ar Vrezhoned, kemer ul lec’h arbennik war seurt hent a emwriziennañ hag a zigorerezh ? Moarvat e oa e soñj Maodez Glanndour pa skrive : "Ma c’hell hon pobl mont e penn ar re all da lakaat da dalvezout er gevredigezh ar gwirionezioù kristen, ec’h adkemero hon c’henvroiz en o dorn an etev-goulaouiñ a vlenio Brignogan-Bro-Leonar poblou all." (Imram) Na pell e c’hell bezañ neoazh diouzh ar pezh ez omp hiziv an deiz ! Padal hon eus bet tro, warlene, da glevout hevelep komzoù gant Ann Grifith, ur brotestantez saoz o pleustriñ radwerc’h an diouganañ. Da vezañ diverzet evel reizh ! E-ser en em virout diouzh nep mesiazelezh amzerel ha diouzh nep kealiadurezh riezel, e c’heller evelkent stadañ, diouzh un tu, e vez sellet alies ouzh ar Gelted evel ouzh ur bobl gwengelel m’en em arc’her diouti p’az eus da dreuzkas ur c’hemenn kreñv, evel ma weler el lennegezh pe er fiñv­skeudennerezh, hag e c’heller stadañ c’hoazh, diouzh un tu all, e chom gant istor marzhus ar gristeniezh hag ar santelezh pergen, e Keltia, ur c’hemenn speredel hag hollvedel a zleomp maorvat kendeurel da reiñ da anaout d’an holl en hon ober­erezh avielañ.

     Gant he biz o redek war ar Bibl, emañ santez Anna, evit gwir, ouzh hor c’has da arvestiñ ouzh steuñv hollvedel sil­vidigezh Doue hag ouzh hor bleniañ da vont gantañ, hervez dirvoud hor buhez, ha ni tud eus ur bobl dezhi un hir a istor. E Kan ar Pobloù  e lenner c’hoazh : "Evel ma'z eo en neñv en doa diskouezet Doue da Noah ar wareg liesliv, arouez e garusted hag e emglev didorrus gant an denelezh nevez (kv Gn. 9,12-13) hag evel ma 'z eo en neñv ivez, da-geñver an Emglev Kentañ, e tiskouezas Doue da Abraham ar stered ken dini­verus hag ar broadoù a zeufe dioutañ (kv Gn. 15,5-6) ez eo en neñv c'hoazh, digoret dre berzh he fedenn (kv Disk. 4,1), e c'hell an Iliz gwelout, tro-dro da dron Doue kelc'hiet gant ar ganevedenn (4,3), skeudenn diouganel meuleudi ar broadoù bodet dirak an Oan, ‘tud eus pep meuriad ha pep yezh, ha pep pobl ha pep broad’ (Disk. 5,9) galvet holl da vont tre e lid an Emglev Nevez."

********************

 

Adperc’hennañ e sevenadur : gounit e dachenn

***********************************************************************************************

***************************************************************

     Sant-Golven-Talbont

War un dro gant briekaat hor sevenadur breizhek e kar­femp, evel just, e vefe gant hor pardon, en dazont, un tamm liv etresevenadurel, en doare da erzerc’hañ, da-geñver an devezh gouel-mañ, ez eo en e sevenadur dezhañ e-unan ez eo galvet pep den da lidañ kevrin ar C’Heviun. "A-drugarez da enstuzegezh ar feiz, anezhi frouezh labour ar Spered e kalon ar feizidi, e c'hell pep den ober eus e vuhez a-bezh ul lid a drugaregezh d'an Doue Krouer ha Salver. Ha galvet ez eo pep pobl da lidañ donezon ar vuhez nevez hervez he ijin dezhi he-unan ha da zegas he mouezh dibar da Gan ar Pobloù a rank sevel eus an douar a-bezh." (Ibid.)

     Hogen, kejadenn an Aviel gant buhez louer mab-den, anvet neuze enstuzegezh ar feiz gant an Iliz, zo anezhi, er bed a hiziv, un skod hag un dae : ur skod dre ma "ne c’hell ket mab-den bevañ hep sevenadur," liz da Yann-Baol II (A..R..U. 02.06.1980), hag un dae, en arbenn d’ar bedekadur ha da ziskar ar seve­nadurioù hengounel.   

     Da-heul donedigezh Yann-Baol II e Breizh, Aotrou eskob Gwened a zanevelle : "P’edon o prientiñ gweladenn ar pab (…) am eus goulennet outañ perak e poueze kement war ar minolerezhioù, en e brezegennoù ha da-geñver e veajoù. Hag en deus respontet din : emaomp o vont davet un hollvroelerezh ma vo an holl ‘mesket’ ennañ ; hogen an dud a glasko gwriziennoù dilez. C’Hwi e Breizh hoc’h eus gwrizioù, eveldomp-ni e Polonia. Kement tra a c’hoarvez war an dachenn sevenadurel hag a sell ouzh al leiaelezh-mañ, gant he c’hoant d’en em eztaoliñ, zo a bouez bras hag a c’hell bezañ un hent evit ar feiz. " (Képhas, janvier-mars 2004) Ti-bihan

    Dindan mantell santez Anna, en deus klasket bepred, hon tiegezh speredel, daoust ma n’omp ket bet komprenet re alies, boulc’hañ un hent evit an emwriziennañ e stu-zegezh Breizh, ha n’eo ket dre dre-menedelouriezh, evel m’eo bet re-bechet ouzhimp a-wezhioù, na dre ma vijemp bet trelatet gant ar fol-klorajoù, met, evit gwir, gant diawe-lad dispakidigezh ar vuhez kristen. Evit dont a-benn da leuniañ ha da dreuzfeurmiñ buhez mab-den en he fezh e rank ar feiz, evit gwir, dont da vezañ sevenadur en e vuhez hiniennel, tiegezhel ha kumu­niezhel. "Ar sevenadur, eme c’hoazh an Aotrou Gourves,  zo anezhi analadur mab-den, (…) analadur boud mab-den en e-bezh, emplegañ a ra neuze ar vuhez kefredel, ar vuhez mer­zadel, ar galvezouriezh, an doare d’en em wiskañ, da gomz, da zebriñ, hag all. Kement tra a ya d’ober eus an den, un den evit gwir, hag e laka da vezañ evurus. "

     Hogen er pleustr, labourat evit enstuzegezh ar feiz e Breizh a dalv strivañ da adpec’hennañ un hêrezh a zo bet nebeut dazroet pe tamm ebet zoken  evel ma vez gwelet anat gant ar brezhoneg. Anjela Duval, hag hi o keñveriañ se­venadur Breizh ouzh un teñzor kuzhet en un tour prennet a reas eus ar brezhoneg an alc’hwez aour o reiñ tu da ziraeziñ dezhañ. Ha diouzh e du, e komze Maodez Glanndour eus ar garantez evit ar yezh, evit ar vro, n’eo ket gant komzoù an dispakidigezh hinienenel nemetken, evel ma reer peurliesañ hiziv an deiz, met evel ur retvez divezel, eleze ur gread kevazas ouzh hon natur hag hon finvezelezh. "Pep den a zo un dever evitañ bezañ den hervez ar pezh he deus an natur lodennet dezhañ. Bretoned 'omp: nac'hañ bezañ Bretoned a zo en em lazhañ.Bezomp tud vev. Ar Brezhoneg neuze hon eus da zeskiñ, da addeskiñ, da wellaat, da glokaat, en abeg dezhañ bezañ hor yezh, bezañ ni. Ha gwir eo kement-se evit pep unan, zoken evit ar re n'o deus biskoazh klevet un tamm brezhoneg; rak mouezh ar c'hantvedoù tremenet, mouezh hor gouenn, eo an hini a c'houlenn advleuniañ, hon natur wirion eo an hini a rank en em zispakañ." (Kregin Mor p. 52)  

*********************

 

Meuleudi lisliv ha gwiskamantoù lugernus

***************************************************************************************************

  liorzh

     *****Lidañ a-zoare a empleg, gouez d’an holl, eng-wezhiañ kement tra a c’hello kendeurel da reiñ d’un dar-voud e vent dibarek. Lid kri-sten kevrinoù ar silvidigezh, dezhañ e eztaolad uhelañ el lid eukaristiel, a zle en em zis-pakañ, o respont da c’halva-denn Doue, war holl dachen-noù buhez mab-den, evit ober anezhi ur veuleudi d’ar C’Hrou-er. En ur zegemer an Aviel e tegas ar pobloù o finvidigez-hioù goubarzhel d’an Iliz hag e tiorreont, dindan c’hwezh ar Spered, an hêrezh kristen boutin, hervez o ijin dezho o-unan, a-benn lakaat da sevel meuleudi liesliv Iliz unel ar C’Hrist. Hag e-touez eztao-ladoù seurt diseurtelez seve-nadurel, n’eo ket ar gwiska-mant an disterañ anezho. Dre ma stok ouzh ar c’horf, eleze ar pep diabarzhelañ eus an hinienn, e tegouezh gantañ kaout ur roll diazez hag hogos kentael el lid a enlusk, evit gwir, hor c’hor­fadelezh. Morse n’eo chomet an Iliz hep teurel pled ouzh ar gwiskamant, ken gwir ma’z eo e kaver an dodenn-se dre ar Bibl en e-bezh, eus ar C’Heneliezh d’an Diskuliadur. Tadoù an Iliz o deus gwezheriet kalzik war he divout, ken en o azkelennoù biblek, ken en o c’hatekizerezhioù.***************************

  

   *****E stern Tiegezh Santez Anna hon eus klasket bepred lakaat war wel pouezarvez kristen hengoun ar gwiskamant breizhek. Rak, en enep d’ar pezh a lavarer peurliesañ, n’eus ket eus ar gwiskamant breizhek ur gwiskamant arver nemetken, devoudet gant ar berzhouriezh d’ur renkad ke­vre­digezhel hepmuiken. Evel eztaolad pourc’hadel ur sevenadur hengounel, bet fardet a-hed un hir a istor bet levezonet mat gant ar gristeniezh, e tegas ar gwiskamant breizhek, en e liested, talvoudoù diazez a-zivout eulad an hiniden. Ha muioc’h c’hoazh, evel arz pourc’hañ ur bobl bet kristenaet don, ez eo deuet ar gwiskamant breizhek da vezañ pour­c’hadur e liderezh stuzegezel, ken bihan m’az eo gwir emañ gant stuzegezh ur bobl kristen, al liderezh pemdeziek ma lid drezañ he Aotrou gant holl arvezioù he buhez.***************************

  *****Gant ar sonerezh, ar c’han, ar c’horoll, an adeiladurezh, ha c’hoazh ar c’heginerezh, ez eo ar gwiskamant unan eus eztaoladoù uhelañ ur sevenadur hengounel a zo anezhañ evel ene ur bobl, o wiskañ he buhez gant ur varzhoniezh dilavarus. Hogen seurt sevenadurioù hendadel zo bet hogos peurziskaret gant ar bed arnevez hag an diorren kalvezel anezhañ, ken dizenel peurvuiañ. E stern un armerzh muioc’h-mui hollve­delour, emañ an den arnevez, hag-eñ troet e bevezer, o klask an hebleustr ar pep marc’had-matañ ; hogen an hebleustr, daoust dezhañ espern an amzer, a denn diganti he zal­voudegezh o lemel he gremm diouti he-unan. Hag gant brizh sevenadur ar goaroù emaomp beuzet ennañ hiviziken, ez eus bet  graet eus truilhoù ar sevenadurioù hengounel ur var­c’hadourezh kenwerzh. Emeur o klask "traoù ar vro" deuet da vezañ kenderc’had folklorel. Emeur o pleustriñ an hetelou­riezh tra ma ne ouezer ket mui sellout, stekiñ, tañva, merzout, klevout, nemet traoù farlotet ! Er gevredigezh-mañ, kollet ganti ar pep pennañ, en em daol an dud trefuet e meze­gerezhioù merzadel liesseurt, war glask un hevoud bet kollet. E seurt amveziadur noazus e c’heller kavout gant adper­c’hennañ ar gwiskamant hengounel, perzhioù mezegerezhel gwirion, o reiñ an tu d’an hiniden d’en em wriziennañ e hennadelezh ur strollad - hini e vro - war un dro gant heroue­zañ eztaolad e hennadelezh hiniennel, evel bugel da Zoue, en un dispakadur arzel o tont eus hêrezh ar c’hantvedoù ha digor d’ar grouidigezh. Piv a wisko neuze gwiskamantoù lugernus ar veuleudi liesliv ? 

 

***********************************

 

Emwriziennañ hag emzigeriñ :

un oberenn e-sell d’an unaniezh.

*****************************************************************

     En he lusk avielañ, ne derm ket an Iliz da embann ar C’Heloù Mat e kreiz kalon ar sevenadurioù a zo anezho, en tu all d’o bevennoù ha d’o faziadennoù c’hoarvezus, eztaolerezh preder mab-den o respont da c’houlennoù diazez ar vuhez. "Kement sevenadur zo anezhañ, eme Yann-Baol II,  ur striv-prederiañ war gevrin ar bed ha, peurgetket, war hini an den : bez ez eo un doare da lakaat war-wel trehontelezh ar vuhez-den. E kalon pep sevenadur e kaver an doug davet ar brasañ kevrin a zo, kevrin Doue.” (Yann-Baol II e sezva ar Riezoù Unanet d’ar 5 a viz here 1995.)

 

     Ma’z eo anat e kaver stummoù a gilpleg kumuniezhel noazus a-grenn, ne dalv ket koulskoude e vefe an emw­riziennañ sevenadurel heñvelster ouzh emglozañ pa c’hell, er c’hontrol, bezañ evel ur prenestr digor frank war ar bed. Hag, evit gwir, emañ hon gwriziennadur e sevenadur kristen Breizh gant e binvidigezh liessdoare, o tigeriñ dimp hent ledan ar gendiviz gant kement den a zo, e kemplezerezh ar bed kempred.

 

     Hiviziken e kenvevomp bemdez gant gwazed ha gwragez aet pell diouzh an Iliz, gant annevourion pe c’hoazh gant dalc’hidi luskadoù relijiel pe prederouriezhel liesseurt ma rankomp bezañ testoù eus Jezuz Salver en o-c’hichen. Hon emwriziennañ e sevenadur kristen Breizh, gant ma yelo, evel just, gant un degerzh speredel diles, a zeuio da harpañ hor c’homz o tegas testeni un doare bevañ kevanstag ouzh hor feiz.  

 

     Aliesoc’h-aliesañ hor bez tro ivez d’en em gavout gant kristenion eus anvadiezhioù all hag e vefe brav, a-wezhioù, kaout ganto darempredoù all estreget re tud ar bed… Pell diouzh hon bac’hañ en ur c’hastell-kreñv, emañ hon emw­riziennañ en hengoun katolik Breizh ouzh hon digeriñ war daeoù meur o sevel war hent an Iliz, en o zouez, neuze, hini unvaniezh ar gristenion a zo o disranniezh un droukskouer evit ar bed. N’hon eus bet morse raktres resis ebet war an dachen-se, hogen darempredoù a vreuriezh hag a vignoniezh a zalc’homp abaoe bloavezhioù gant breudeur protestant ha reizhvriek. Anat eo ne c’hello dont an unaniezh etre kristenion eus kredenniezhioù disheñvel diwar lakaat a-dal o mei­zadurioù, hag int enebet a-wezhioù, a-zivout ar vuhez kristen hag an Iliz, met, da gentañ, diwar darbenn buhez Doue ennomp, dindan c’hwezh ar Spered unel hag o chom, evidomp katoliked, feal da gelennadurezh an Aotrowezh. Sed ar pezh a glaskomp buheziñ en uvelded dindan mantell santez Anna, maouez eus ar Bibl anavezet hepken der an Hengoun.

 

*************************

Avielerezh Nevez

**************************************************************

     An anvad Avielidigezh Nevez prizet gant ar gwenvidig Yann-Baol II a veze kavet endeo war deulioù kentañ Tiegezh Santez Anna e 1989. Seurt naoudur a veze skeudennaouet pergen, d’ar mare-se, gant koulzadoù avielañ ar c’humunie­zhoù nevez, war ar straedoù, ha da c’houde, da-geñver kresk al luskadoù hengounel, gant an distro da elfennoù bet re zilezet. Hogen an dra nevez da vat a gaver gant avielerezh hor c’hevredigezhioù, en tu all d’ar stummoù, a zo an dae a rank an Iliz taliñ outañ. D’al Lun 30 a viz Mae, gant dalc’hidigezh bodadeg hollel Kuzul Pabel herouezañ an Avielerezh Nevez, bet savelet e  miz Here diwezhañ, en deus bet tro Benead XVI da zisplegañ perak ez eo galvet an Iliz da vont gant un avielerezh nevez ha da greñvaat e oberenn misioniñ. Treset ez eus bet gant ar pab un daolenn gwerc’hek kenañ eus ar saviad a-vremañ, skoret gant ar bedekadur, dispellerezh Doue diouzh buhez an dud, un diseblanted hollek e-keñver ar feiz kristen, ha zoken an argeziad da virout ar gristeniezh en arlez eus ar vuhez kevredin. Gouverket en deus e teue da vezañ luzietoc’h embann Jezuz evel Salver nemetañ en ur bed bruzunet, ha seul vuioc’h m’emañ an dud "neuziet a-grenn gant un doare da welet ar vuhez enebet ouzh ar feiz." E seurt amveziadur, en deus broudet Benead XVI ar gristenion da greñvaat o spered misioniñ met ivez da zarbenn un doare bevañ kred dezhañ ha kendrec’hus. Ar gristeniezh, eme ar pab, n’eo ket ur gwis­kamant a zouger er vuhez prevez pe da-geñver de­gouezhioù arbennik ; hogen un dra bev ha kevan eo, barrek da gemer kement tra a zo mat en arnevezelezh.   

     En ur bed bruzunet, troet d’ar beveziñ mezevellus ha temptet gant an dic’hoanag, emañ galvadenn Tiegezh Santez Anna da veuliñ Doue der holl binvidigezhioù hor sevenadur hengounel, ouzh hor c’has en-dro da ziazezoù ar vuhez kristen hag ouzh hol lakaat da vat war hent an Avielerezh Nevez. Hor pardon 2011 d’en embann !

 

************************

**************************************
Pardon Santez Anna 2011

*

 

     C’est devenu une habitude chaque année pour Tiegezh Santez Anna, de fêter particulièrement notre Sainte Patronne, le dimanche précédant sa fête liturgique du 26 juillet.

     Initiée très simplement en 2003, quasiment en famille, cette fête a gagné une certaine ampleur, jusqu’à prendre, ces dernières années, la forme d’un pardon, annoncé dans la presse locale et pour lequel les participants sont invités à revêtir leurs costumes bretons.

     Rassemblant les pardonneurs des premières années dans la chapelle Saint-Michel du Moustoir, la messe fut ensuite célébrée solen­nellement dans l’église de Roudouallec, présidée à deux reprises par Mgr Joseph Madec qui vint l’an dernier bénir liturgiquement notre chapelle de Lann-Anna à peine terminée.

     Après le repas, selon la formule du pique-nique mis en commun qui étonna plus d’un dans les débuts, les vêpres, améliorées d’année en année, ont encore rassemblé les participants pour célébrer la Patronne des Bretons, Mater Patriae, tandis que diverses animations, variées selon les éditions, ont contribué à donner à cette journée sa couleur tout à fait unique.

      Devenu quasiment une tradition, notre pardon fut pourtant plusieurs fois sur le point d’être ajourné, voir même abandonné. Sa préparation repose essentiellement sur la petite fraternité de Lann-Anna et sur une poignée de volontaires. Or, vous savez que Lann-Anna est toujours en travaux ! Ce fut parfois vraiment héroïque de conjuguer la poursuite du chantier avec la préparation du pardon et assez singulier de voir les participants agglutinés dans le hangar trop exigu ou dans la courette avec ses bâtiments ruinés… Aux difficultés matérielles s’ajoute encore celle de trouver un prêtre pour célébrer la messe... Ce fut même, une fois, Don Pierre-Nicolas qui célébra pour la première fois de sa vie en langue bretonne !

     Le relatif développement de la manifestation, nous a amenés à la croisée des chemins, tandis que les attentes des participants étaient manifestement très diverses et parfois assez éloignées de nos in­tentions du départ… A l’occasion de la neuvième édition de notre pardon, il nous a donc semblé nécessaire de réfléchir et de recon­sidérer un peu les choses, à la mesure de nos faibles moyens et en cherchant à être toujours plus fidèles à l’appel de Tiegezh Santez Anna. Vous verrez donc que le programme est sensiblement modifié, à la fois plus modeste, puisque tout se passera à Lann-Anna, et plus ambitieux, car il s’étale sur plusieurs jours… Et pour s’y préparer, nous vous proposons quelques réflexions qui éclairent notre route.  

 

Sainte Anne et la louange des nations.

     Avant de célébrer son pardon, tournons déjà notre regard vers notre Sainte Patronne : "Fille du Peuple de l'Alliance et mère de la Nouvelle Arche, sainte Anne étend sur notre famille spirituelle son manteau de protection, tournant nos regards vers le ciel étoilé porteur des pro­messes de Dieu pour tous les peuples de la terre. " (Extrait de Kan ar Pobloù.) Depuis les faibles débuts de Tiegezh Santez Anna, tout en honorant sainte Anne comme Patronne de la Bretagne et en cherchant à favoriser l’enracinement dans la culture bretonne, nous avons été conduits à considérer le plan divin du salut pour tous les peuples de la terre. Membres de la génération Jean-Paul II, nous avons reçu avec gratitude son enseignement selon lequel c’est dans sa culture par­ticulière que chaque homme peut faire l’expérience concrète de son appartenance à la grande famille humaine. Enraciné dans une famille, dans un peuple duquel il se reconnaît, il peut réellement s’ouvrir aux autres hommes et les reconnaître comme ses frères dans leurs différences. "Cette tension entre le particulier et l'universel, en effet, peut être considérée comme immanente à l’être humain. En raison de leur communauté de nature, les hommes sont poussés à se sentir membres d’une seule grande famille, et ils le sont. Mais, à cause du caractère historique concret de cette même nature, ils sont néces­sairement attachés de manière plus intense à des groupes humains particuliers, avant tout à la famille, puis aux divers groupes d’ap­partenance, jusqu’à l’ensemble du groupe ethnique et culturel dési­gné, non sans motif, par le terme de «nation.» (...) La condition humaine est ainsi placée entre ces deux pôles - l’universel et le particulier -, en tension vitale entre eux, tension inévitable, mais singulièrement féconde si elle est vécue dans un équilibre paisible."(Jean-Paul II au Siège des  Nations Unies le 5 octobre 1995, n° 7)

     Sur ce chemin d’enracinement et d’ouverture, les Celtes, les Bretons, ont-ils à prendre une place particulière ? Maodez Glanndour semblait le penser lorsqu’il écrivait : "Ma c’hell hon pobl… Si notre peuple peut prendre la tête des autres pour donner de l’importance dans la société aux vérités chrétiennes, nos compatriotes reprendront en mains le flambeau qui conduira les autres peuples." (Imram.) Cela peut paraître bien éloigné de ce que nous sommes en ce temps ! Et pourtant, nous avons entendu, l’an passé, le même langage avec Ann Grifith, une protestante anglaise exerçant un charisme prophétique. A discerner bien sûr ! Tout en nous gardant absolument de tout mes­sianisme temporel et de toute idéologie nationaliste, nous pouvons toutefois constater, d’une part, que les Celtes sont considérés gé­néralement comme un peuple mythique duquel on se revendique volontiers lorsque l’on veut faire passer un message fort, comme on le voit bien dans la littérature ou le cinéma, et d’autre part, que l’histoire extraordinaire du christianisme et particulièrement de la sainteté chez les Celtes contient un message spirituel universel qu’il nous revient sans doute de contribuer à faire connaître largement dans notre démarche d’évangélisation.

     De son doigt courant sur la Bible, sainte Anne nous conduit, en vérité, à contempler le plan divin du salut dans sa dimension uni­verselle et à y entrer selon notre humanité concrète d’hommes et de femmes appartenant à un peuple à la longue histoire. Nous lisons encore dans Kan ar Pobloù : "De même que c'est dans le ciel que Dieu avait fait voir à Noé l'arc multicolore, signe de sa bienveillance et de son alliance indéfectible avec l'humanité nouvelle (cf. Gn. 9,12-13), et de même que c'est dans le ciel, à l'occasion de la Première Alliance, que Dieu montra à Abraham les étoiles aussi innombrables que les nations qui seraient sa descendance (cf. Gn..15,5-6), c'est encore dans le ciel, ouvert par sa prière (cf. Ap 4,1), que l'Eglise peut voir, tout autour du trône de Dieu encerclé par l'arc-en-ciel (4,3), l'image prophétique de la louange des nations devant l'Agneau, ’des hommes de toute tribu, langue peuple et nation’(Ap 5,9), tous appelés à entrer dans la célébration de la Nouvelle Alliance."

 

Se réapproprier sa culture propre : entrer dans sa terre.

     Nous aimerions, bien sûr, que notre pardon tout en mettant en valeur notre culture bretonne incarne quelque peu aussi, dans l’avenir, cette dimension multiculturelle manifestant, en ce jour de fête, que c’est dans sa propre culture que chaque peuple, chaque homme, est invité à célébrer le mystère de l’Alliance. "Grâce à l'inculturation de la foi, fruit de travail de l'Esprit au cœur des fidèles, tout homme peut faire de sa vie entière une célébration d'action de grâce au Dieu Créateur et Sauveur. Et tout peuple est appelé à célébrer le don de la vie nou­velle selon son génie propre et à apporter sa voix au Chant des Peuples qui doit s'élever de toute la terre." (Ibid.)

     Or, dans le monde d’aujourd’hui, cette rencontre entre l’Evangile et la vie concrète de l’homme, que l’Eglise nomme donc inculturation de la foi, représente à la fois un enjeu et un défi : un enjeu parce que "l'homme ne peut vivre sans culture, " comme le disait Jean-Paul II (O.N.U. 02.06.1980) et un défi, du fait de la sécularisation et de la dissolution des cultures traditionnelles.

     Après la venue de Jean-Paul II en Bretagne, l’évêque de Vannes rapportait : "Quand j’ai préparé la visite du pape (…) je lui ai demandé pourquoi il insistait tant sur les minorités, dans ses discours et au cours de ses voyages. Il m’a répondu : Nous allons vers une mondialisation où tout le monde va être ‘brassé’ ; les gens voudront retrouver des racines sûres. Vous, en Bretagne, avez ces racines, comme nous en Pologne. Tout ce qui se passe sur le plan culturel et touche cette minorité qui veut s’exprimer est important et peut être chemin de foi. " (Képhas, janvier-mars 2004)

     Sous le manteau de sainte Anne, notre famille spirituelle a toujours cherché, malgré les incompréhensions, à ouvrir un chemin d’enra­cinement dans la culture bretonne, non pas par passéisme comme on nous l’a parfois reproché, ou par attrait irrépressible pour le folklore, mais dans une perspective d’épanouissement de la vie chrétienne. La foi, en effet, pour qu'elle remplisse et transforme toute la vie de l’homme, doit devenir culture dans sa vie personnelle, familiale, communautaire. "La culture, disait encore Mgr Gourvès, c’est la respiration de l’homme (…) respiration de tout son être, ce qui im­plique la vie intellectuelle, la vie sensible, la technique, la manière de s’habiller, de parler, de manger, etc. Tout ce qui fait que l’homme est vraiment homme et qu’il se sent profondément heureux. "

     Mais concrètement, œuvrer pour l’inculturation de la foi en Breta­gne signifie se réapproprier un héritage qui n’a que peu ou pas du tout été transmis, comme cela apparaît nettement au sujet de la langue bretonne. Comparant la culture bretonne à un trésor caché dans une tour tenue fermée, Anjela Duval, fit de la langue bretonne la clef d’or permettant d’y avoir accès. De son côté, Maodez Glanndour parlait de l’amour pour sa langue, pour son pays, non pas, comme on le fait habituellement aujourd’hui: simplement en terme d’épanouissement personnel, mais comme d’une exigence morale, c’est à dire comme d’un acte en conformité avec notre nature et notre fin. "C'est un devoir pour chaque homme d'être homme selon ce que la nature lui a donné en partage. Nous sommes Bretons: refuser d'être breton, c'est se suicider. Soyons des hommes vivants. Nous devons donc apprendre le breton, le réapprendre, le perfectionner, le compléter, et cela parce que c'est notre langue à nous. Et cela est vrai pour tous, même pour ceux qui n'ont jamais entendu un mot de breton; parce que c'est la voix des siècles passés, la voix de notre peuple, qui demande à refleurir, c'est notre vraie nature qui doit s'épanouir." (Kregin Mor p. 52)  

 

Louange multicolore et habits de lumière.

     Célébrer, on le sait, exige de mettre en œuvre tout ce qu’il convient pour donner à un événement sa dimension singulière. La célébration chrétienne des mystères du salut, qui trouve son ex­pression éminente dans le culte eucharistique, doit se déployer, en réponse à l’appel divin, dans tous les domaines de la vie humaine pour en faire une louange au Créateur. En accueillant l’Evangile, les peuples apportent à l’Eglise leurs richesses spécifiques et, sous la motion de l’Esprit, développent l’héritage chrétien commun, selon leur génie propre, pour que s’élève la louange multicolore de l’unique Eglise du Christ. Parmi les expressions de cette diversité culturelle, le vêtement n’est pas des moindres. Parce qu’il touche le corps, le plus intime donc de la personne, il tient un rôle fon­damental et quasi-premier dans la célébration qui mobilise jus­tement notre corporéité. L’Eglise n’a jamais été indifférente à la question du vêtement, tant il est vrai qu’il s’agit d’un thème qui court à travers toute la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse. Les Pères de l’Eglise en ont d’ailleurs assez abondamment traité, dans leurs commentaires bibliques ou leurs catéchèses.

 

     Roazhon-copie-1.jpg

 

  Tiegezh Santez Anna a toujours essayé de mettre en lumière la dimension chrétienne de la tradition vestimentaire bretonne. Con­trairement à ce qui se dit généralement, le costume breton n’est pas uniquement un costume d’usage, déterminé exclusivement par l’appartenance à une classe sociale. Expression vestimentaire d’une culture traditionnelle, qui s'est façonnée au cours d’une longue histoire fortement marquée par le christianisme, le costume breton, dans sa diversité, est porteur de valeurs fondamentales sur le sens de la personne humaine. Plus encore, en tant qu’art vestimentaire d’un peuple profondément chrétien, le costume breton est devenu le vêtement de sa liturgie culturelle tant il est vrai que la culture d’un peuple chrétien est réellement la liturgie quotidienne par laquelle il célèbre son Seigneur dans tous les aspects de sa vie.

     Avec la musique, le chant, la danse, l’architecture, ou encore l’art culinaire, le costume est l’une des expressions privilégiées de la culture traditionnelle qui est comme l’âme d’un peuple, drapant sa vie d’une poésie insaisissable. Or, le monde moderne et son déve­loppement technique, souvent si inhumain, a quasiment anéanti ces cultures ancestrales. Transformé en consommateur dans une éco­nomie toujours plus mondialiste, l’homme d’aujourd’hui cherche le pratique à meilleur prix ; mais le pratique, s’il économise le temps lui enlève sa valeur en le privant de son énergie intérieure. La stupide culture des loisirs dans laquelle nous baignons désormais a fait des lambeaux des cultures traditionnelles une marchandise mercantile. On cherche le "typique" devenu produit folklorique. On cultive l’hédonisme mais on ne sait plus voir, toucher, goûter, sentir, entendre, que du frelaté ! Et dans cette société qui a perdu de vue l’essentiel, les gens se lancent éperdument dans toutes sortes de thérapies sensorielles, cherchant ainsi à retrouver un certain bien-être perdu. Dans ce contexte délétère, se réapproprier le costume traditionnel peut présenter de réelles vertus thérapeutiques en per­mettant à l’individu de s’ancrer dans une identité collective – celle d’un terroir – tout en favorisant l’expression de son identité per­sonnelle de fils et de fille Dieu, dans un déploiement artistique hérité des siècles passé et ouvert à la création. Alors, qui revêtira les habits de lumière de la louange multicolore ?

 

Enracinement et ouverture : une oeuvre d’unité.

     Dans son élan missionnaire, l’Eglise n’hésite pas à annoncer l’Evangile au cœur même des cultures qui, au-delà de leurs limites et de leurs éventuelles défaillances, sont l’expression de la pensée hu­maine en réponse aux questions fondamentales de l’existence. "Toute culture, disait Jean-Paul II, est un effort de réflexion sur le mystère du monde et, en particulier, de l’homme : elle est une manière d’ex6primer la dimension transcendante de la vie humaine. Le cœur de toute culture est constitué par son approche du plus grand des mystères, le mystère de Dieu." (ONU, 05. 11. 1995)     

     S’il est clair qu’il existe des formes de repli communautaire tout à fait néfastes, l’enracinement culturel n’est pas synonyme d’enfer­mement mais peut constituer, au contraire, comme une fenêtre grande ouverte sur le monde. Quant à notre enracinement dans la culture chrétienne bretonne, il nous ouvre, à partir de sa richesse multiforme, un chemin de dialogue très large avec tout homme, dans la complexité du monde contemporain.

     Nous côtoyons désormais chaque jour des hommes et des femmes éloignés de l’Eglise, des agnostiques, mais aussi des adeptes de divers courants religieux ou philosophiques, auprès desquels nous devons être témoins de Jésus Sauveur. Notre enracinement dans la culture chrétienne bretonne, dans la mesure bien sûr où il s’accompagne d’une authentique démarche spirituelle, peut conforter notre parole, en apportant le témoignage d’un style de vie en cohérence avec notre foi.

     Nous avons également, de plus en plus souvent, l’occasion de côtoyer des chrétiens d’autres confessions avec lesquels il serait bon, parfois, d’avoir des relations autre que simplement mondaines… Loin de nous enfermer dans une citadelle, notre enracinement dans la tradition catholique bretonne nous ouvre, au contraire, aux grands défis qui se présentent aujourd’hui sur le chemin de l’Eglise et notamment à celui de l’unité des chrétiens dont la division est un scandale pour le monde. Nous n’avons jamais eu de projet particulier en ce domaine, simplement, nous entretenons depuis des années des relations fraternelles et amicales avec des frères Protestants et Orthodoxes. Il est clair que l’unité entre chrétiens de diverses con­fessions ne pourra venir de la simple confrontation de nos conceptions – parfois opposées – sur la vie chrétienne et l’Eglise, mais pre­mièrement, de l’accueil de la vie divine en nous, sous le souffle de l’unique Esprit et, pour nous catholiques, dans la fidélité aux en­seignements du Magistère. C’est ce que nous essayons humblement de vivre sous le manteau de sainte Anne, femme de la Bible connue grâce à la Tradition.

 

Nouvelle évangélisation

     Le terme de Nouvelle Evangélisation, cher au bienheureux Jean-Paul II, apparaissait dès les premiers documents de Tiegezh Santez Anna, en 1989. A cette époque, cette notion s’illustrait particu­lièrement par les évangélisations de rues des communautés nouvelles, puis avec la montée des mouvements de tradition, par la reprise d’éléments trop délaissés. Mais au-delà des formes, ce qui est réel­lement nouveau dans l’évangélisation de nos sociétés, c’est le défi auquel l’Eglise y est confrontée. Le lundi 30 mai dernier, la tenue de la première assemblée plénière du Conseil Pontifical pour la promotion de la Nouvelle Evangélisation, institué en octobre dernier, a donné à Benoît XVI l’occasion d’expliquer pourquoi l’Église est appelée à accomplir une nouvelle évangélisation et à intensifier son action missionnaire. Le pape a brossé un tableau très réaliste de la situation actuelle, marquée par la sécularisation, l'exclusion de Dieu de la vie des personnes, une indifférence généralisée à l’égard de la foi chrétienne, et même la tentative de marginaliser le christianisme dans la vie publique. Il a souligné que dans un monde fragmenté, il devient plus compliqué d’annoncer Jésus comme unique Sauveur d’autant plus que les personnes "sont fortement façonnées par une vision de la vie en contradiction avec la foi." Dans ce contexte, Benoît XVI encourage les chrétiens à renforcer leur esprit missionnaire mais aussi à adopter un style de vie crédible et convaincant. Le christianisme, a dit le pape, n’est pas un vêtement que l’on porte en privé ou lors d'occasions particulières ; c'est quelque chose de vivant et de total, capable de prendre tout ce qu'il y a de bon dans la modernité.

     Dans ce monde fragmenté en proie au consommateurisme papillonnant et tenté par la désespérance, la vocation de Tiegezh Santez Anna à célébrer Dieu avec toutes les richesses de notre culture traditionnelle, nous ramène aux fondements de la vie chrétienne et nous situe résolument sur la voie de la Nouvelle Evangélisation. Que notre pardon 2011 en témoigne !

 

 

Tennet eus hanezadur

*************************** ar Vouster

*

 Kerzu 2010.

D’ar Gwener 31. Evel bep bloaz da zerc’hent Kalanna hon eus aozet ur veilhadenn pediñ evit trugarekaat Doue goude ar bloavezh tremenet ha goulenn e vennozh war an hini o kregiñ : da c’hwec’h eur hanter hon eus kanet gousperoù kentañ gouel meur Mari Mamm Doue, ha goude un tamm koan a-gevret ez omp distro d’ar chapel evit ur prantad azeulerezh. Echuet hon eus gant ur banne hag un tamm gwastell. Doue da vennigañ a-vremañ ar bloaz nevez! Doli dole, setu deuet ar bloaz nevez !

 

Genver 2011.

D’ar Sul 9. Gouel ar Steredenn da-geñver emvod miziek ar Genunaniezh. Er chapel, goude bezañ dezrevellet un tamm eus Komz Doue ambrouget gant Jelvestr ha kanet un nebeut kantikoù Nedeleg, e vez kinniget tennañ d’ar blouzenn ur vroad pe ur stad bennak hag ur vroig eus Breizh ma vo karget pep unan da bediñ evito a-hed ar bloavezh. Hag e vez pedet ar berzhidi da vont da begañ tro-dro d’ar ganevedenn o steredenn baper oc’h aroueziñ ur kann galvet da sevel he mouezh e Kann ar Pobloù. Goude Gousperoù Badeziant Hor Salver en em gavomp evit debriñ gwastell ar Rouaned. Bennozh da Zoue !

D’an Lun 17. Yann-Bêr hag Huguette e Lann-Anna da labourat un tamm en ti bihan, da droc’hañ keuneud ha da gaout o c’hentel brezhoneg. Ne goller ket amzer !

 

C’Hwevrer 2011.

D’ar Sul 13. Glav hiziv da-geñver kejadenn ar Genunaniezh. Tennet hon eus kentel eus ar wezh diwezhañ ma oa bet re vihan an ti da zegemer an dud : lakaet ez eus bet un daol ouzhpenn er westerenn, gwezhall hon nevedan ha dieub hiviziken. Lec’h a oa neuze d’ober tinellig en hon aes… pe dost ! Bihan eo an ti evelkent ha mall a zo ganimp astenn un tamm mogerioù Lann-Anna ! Diskennet omp d’ar chapel evit dezrevellerezh Komz Doue hag un tamm addispleg eus an henten. Ha pignet en-dro d’an ti evit komzidigezh Benead a-zivout Maodez Glanndour ha traoù all war un dro, da doullañ larko’h hent ar preder. Goude merenn-vihan ez eo aet darn en-dro d’ar chapel da c’houlenn pedenn ar vreudeur. 

D’ar sadorn 26. Un devezhiad mañsonerezh : kempenn lein mogerioù an ti bihan, dindan ribl an doenn, hag hini talbenn an adchapel, startaat diazezoù toull an nor…

 

Meurzh.

D’ar Yaou 3. Devezhiad labour a-stroll : kleuziañ en ti bihan a zo bet graet c’hoazh. Hol lakaat a ra da soñjal er bernioù pri sklent hor boa tennet eus diabarzh ar c’hraou zo deuet da vezañ chapelig santez Anna ! En endervezh ez eus bet ivez un emvodig a-benn prientiñ ar veaj a raio lod da Roma evit kejañ gant ur prelad dedennet gant Tiegezh Santez Anna ha pediñ war bez sant Pêr evidomp holl.

D’ar Sul 13. Devezh kejadenn ar Genunaniezh. Dezrevelle­rezh un arroud eus an Aviel gant Jelvestr, kanoù Koraiz ha kelennadenn gant Benead. Koraiz ne dalv ket tristidigezh ! Penaos degemer levenez Doue ? Sant-Pêr-Roma

Meurzh 22-Sadorn 26. Pirc’hi-rinadenn Benead, Yann-Bêr ha Katell da Roma. Erruet eno d’ar Meurzh d’abardaez, antro-noz beure edont war blasenn Sant-Pêr da-geñver ar Sela-ouadenn Hollel gant ar Pab. Ha pebezh souezh evito o kle-vout reiñ degemer da strollad an Dro-Vreizh, ambrouget gant an Aotroù Eskob Centène ! Hag int o kanañ Da Feiz hon Tadoù Kozh ha hon tri firc’hirin war un dro ganto ! Ne c’hoarvez ket bep merc’her e Roma evelkent… Diouzhtu warlerc’h e oa an em­gav er Vatikan gant an Aotrou F., prelad an Tad Santel hag a zo dedennet eta gant hor galvidigezh e-ser an enstuzegezh. Bennozh da Zoue evit e alioù mat hag e bedenn evidomp. Ha diouzh an noz, ur souezhadenn ouzhpenn, goude ur bedenn e Santa-Maria Trastevere, setu m’en em gav kann zargouezh hon tri firc’hirin, gant strollad an Dro-Vreizh hag an Ao. Eskob Centène ganto. Hag an holl da dennañ luc’hskeudennoù eus pirc’hirined santez Anna, pourc’het breizhek, anat eo, gant an eskob en o c’hichen, evel ma vije bet rakgwelet an emgav... Ur wilc’hadenn eus ar Spered Santel !

     E-pad o chomadenn er Gêr Beurbadel ez eo bet gwela­dennet gant hor pirc’hirined, brientiliz Santez-Prased hag eno ez eo bet graet koun ganto eus ar Vrezhoned kentañ bet gounezet d’ar feiz. Rak santez Prased hag he c’hoar santez Prudensiana a oa merc’hed ar senator Pudens ha Klaodia, o daou meneget gant sant Paol en e eil lizher da Dimozeos (II Tm 4,21) hag e oa Klaodia ur vreizhadez anezhi hag, hervez lod, merc’h an tiern Karatakos bet faezhet gant an impalaer Klaoda er bloaz 51. Sant Pêr ha sant Paol a gavas bod en o falez a voe lesanvet diwar-se Hospitium Apostolorum hag ivez Palatium Britanicum abalamour da orinoù Klaodia ha d’ar Vrezhoned o taremprediñ o zi. O bugale a vije bet badezet gant Priñs an Ebestel, hag o mab Timozeos a voe, hervez an hengoun, avielour Breizh Veur a vadezas ar roue Lucius pe Lewer Veur. An tiegezh santel-mañ da erbediñ evit ar Vre­zhoned ! Hag e brientiliz Santez-Prased e weler bez ar C’har­dinal Alan Koedivi, bet ganet e Gwineventer e Leon e 1407, diazezour iliz Sant-Erwan ar Vretoned, iliz vroadel gentañ Roma. Evel ma’z eo bet komprenet gant an holl n’eo ket evit pourmen eo aet pirc’hirined TSA da Roma evit boulc’hañ an hent da birc’hirined vreizhek all ne lavaromp ket...

 

un iliz e Roma...

 

 

Miz Ebrel.

D’ar Sul 10. Devezh kejadenn ar Genunaniezh. Distaget eo bet un annougadenn gant Benead war meur a arvez a-raok kanañ gousperoù Pemvet Sul ar C’Horaiz. Echuet hon eus o kehelañ relegoù santez Anna hag o resev un olevadur o tont eus Santa-Maria Aracoeli e Roma lec’h ma keheler ar Mabig  Jezuz en un doare espar ha skouerius.

D’ar sadorn 16. Un devezhiad labour vras gant skoazell Yann-Bêr, Huguette ha Loïg. Ur pezh mell gwazhenn vaen bet di­zoloet o kleuziñ, e kreiz an ti bihan, a oa da derriñ evit ken­der’hel da brientiñ al leur. Kaer tre ha tomm eo an amzer, un tammmig re zoken rak ezhomm bras zo da gaout glav.

D’ar Merc’her 20. Distroet eo Yann-Bêr hag Huguette gant Alan er wezh-mañ da labourat start c’hoazh en ti bihan. Graet eo ! Hag e dibenn an abardaez e tegouezh hor mignon pastor Philippe, evit un abadenn pediñ gant un nebeut mignoned. Ora et labora, labourat ha pediñ !

D’ar Sul 24.           Dasorc’het eo an Aotrou, Allelouia ! Gouleier ha kanoù a veuleudi e chapel Lann-Anna ! Da vintin Pask leun a splannder eo savet Jezuz eus ar Bez !

Miz Mae.

D’ar Sul 1añ. Setu un deiz meur ! Deiz kentañ Miz Mari, Sul an Drugarez bet ensavet gant Yann-Baol II, marvet hevelep deiz, c’hwec’h vloaz zo, hag hiziv, deiz merket gant Benead XVI d’e wenvidikaat ! Sellet ouzh ar skinwel evit heuliañ al lidoù war blasenn Sant-Pêr. Pa soñjer e voe benniget delwenn santez Anna, hiviziken e chapel Lann-Anna, war Vonte del Gozo, e Kompostela, gant ar Gwenvidig Yann-Baol II !

D’ar Sul 8. Troiad Feiz ha Stuzegezh gant ar Genunaniezh. Goude an tinellig lodennet ez eomp d’ar chapel evit ur prantadig a veuleudi hag e kemeromp hent Leuc’han. Tizhout a reomp da gentañ chapel I.V. Penvern. Goude bezañ arvestet ouzh ar savadur hag an delwennoù kaer pergen e kanomp kantikoù d’ar Werc’hez hag e pedomp a-zoare evit tud eus ar c’harter zo bet erbedet ouzhimp. En em gavout a reomp da c’houde e chapel Sant-Diboan ma komz Benead da gentañ a-zivout al lec’h, ar vroig-mañ ken dibar etre ar Menez-Du hag ar stêr Aon, ar sent enoret enni, a-raok ma lennfe Jelvestr arroudoù diwar-benn s. Abibon mab Gamaliel enoret e Breizh didan an anv s. Diboan. Ha kanet ar gousperoù en em gavomp er goudor dirak ar chapel evit merenn-enderv bet aozet gant Huguette. 

D’ar Gwener 13. Desezet eo bet hiziv gant Mikael an tri fre­nestr ouzh tu ar porzh, war an ti bihan. Bennozh da Zoue !

D’ar Sadorn 14. Kerc’het eo bet Mariannig gant Benead a-benn mont fenoz da Bont-‘n-Abad d’un abadenn etrese­venadurel e stern 50vet deiz-ha-bloaz marv an Tad Visant L’Hénoret, hag eñ un eontr da Huguette hag a zo bet lazhet e Bro-Laos lec’h ma oa misioner. Kinniget ez eus bet fenoz neuze un abadenn koroll ha sonerezh gant ur strollad Laosiz, brav tre, hag ar strollad Pleon Paven eus ar Kann Vigoudenn. Kann ar Pobloù da sevel evit klod Doue !

D’ar Sul 15. Bet omp en oferenn e Roudoualleg da 9e hanter ken ez eus bet tu da verennañ abretoc’h ha da ganañ ar gousperoù prestik goude. O vont da gas Mariannig d’ar gêr e felle dimp chom a-sav da weladenniñ un nebeut chapelioù. E Kerlenad e Lokmac’hloù da gentañ d’ober tro chapel ar Werc’hez ha da ziskenn betek ar feunteun bet ratreet nevez zo. E Lokolven e Bubri, da zizoleiñ chapel ha feunten Saint-Gwenhael, a-raok tizhout chapel Sant-Yann e Gwern a gavomp digor gant e-leizh a draoù kaer enni. Chapel Sant-Pris erfin, e Melrant, e traonienn ar Brandifoud. Un droiad kaer gant un amzer ken kaer all ! Ned a ket razh an amzer gaer gant ar chas !  

 

*

Extrait des chroniques

du Moustoir

 

Décembre 2010.

Vendredi 31. Comme chaque année à l’occasion du nouvel an, nous avons organisé une veillée de prière afin de rendre grâce pour l’année écoulée et implorer la bénédiction de Dieu sur l’année nouvelle : nous commençons  à six heures et demie par chanter les vêpres de la solennité de Marie Mère de Dieu et après un léger dîner en commun, nous retournons à la chapelle pour un temps d’adoration. Nous avons fini par une boisson chaude et un gâteau. Dieu bénisse l’année nouvelle ! Doli dole, setu deuet ar bloaz nevez !

 

Janvier 2011.

Dimanche 9. Fête de l’Etoile à l’occasion de la réunion mensuelle de la Communion. Réunis à la chapelle, nous avons gestué un passage de la Parole de Dieu grâce à Sylvestre puis chanté des cantiques de Noël. Il est ensuite proposé à chacun de tirer un pays du monde et un petit pays de Bretagne pour lequel il sera chargé d’intercéder tout au long de l’année. Et les participants sont invités à aller fixer autour de l’arc-en-ciel leur étoile de papier, symbolisant un pays appelé à élever sa voix dans le Chant des peuples (Kan-ar-Pobloù.) Après les vêpres du Baptême du Seigneur nous nous retrouvons autour de la galette des Rois. Bennozh da Zoue !

Lundi 17. Jean-Pierre et Huguette sont à Lann-Anna pour travailler dans la maisonnette, couper du bois et pour leur cours de breton. Pas de temps à perdre !

 

Février 2011.

Dimanche 13. Il pleut aujourd’hui en ce jour de rencontre de la Communion. Nous avons tiré leçon de la dernière fois où nous nous étions retrouvés à l’étroit : une table supplémentaire a donc a été dressée dans la véranda qui nous servait naguère d’oratoire et qui est libre désormais. Nous avions donc assez de place pour pique-niquer à notre aise… ou presque ! Car la maison n’est pas grande et nous avons hâte d’élargir l’espace de Lann-Anna ! Nous sommes descendus à la chapelle pour gestuer la Parole, et recevoir quelques explications sur la méthode. Puis, nous sommes remontés à la maison pour la causerie de Benead consacrée à Maodez Glanndour et s’ouvrant largement à divers sujets de réflexion. Après le goûter, certains sont retournés à la chapelle pour demander la prière des frères. 

Samedi 26. Journée de maçonnerie : finitions au fait des murs de la maisonnette et de la façade de l’annexe de la chapelle, renforcement des fondations de chaque côté de la porte…

 Lann-Anna 

Mars.

Jeudi 3. Journée de travail en équipe : poursuite du drainage de la maisonnette. Cela nous ramène aux énormes tas de terre d’ardoise que nous avions sortie de l’étable qui est devenue la petite chapelle de sainte Anne ! Dans l’après-midi, petite réunion pour préparer le voyage de certains d’entre-nous à Rome pour rencontrer un prélat intéressé par Tiegezh Santez Anna et prier à toutes nos intentions sur le tombeau de Pierre.

Dimanche 13. Journée de rencontre de la Communion Passage d’Evangile gestué avec Sylvestre, chants de Carême et enseignement de Benead. Carême ne signifie pas tristesse ! Comment entrer dans la joie de Dieu ? n-Ao.Santen.jpg

Mardi 22-Samedi 26. Benead, Yann-Bêr et Katell sont en pèlerinage à Rome. Arrivé le mardi soir, ils étaient le lendemain matin sur la place Saint-Pierre pour l’audience générale avec le Saint-Père. Et quelle surprise pour eux d’entendre accueillir le groupe du Tro-Breizh accompagné par Mgr Centène ! Les voilà chantant Da Feiz hon Tadoù Kozh et nos trois pèlerins à l’unisson ! Cela n’arrive tout de même pas tous les mercredis à Rome… Tout de suite après, rendez-vous au Vatican avec Mgr F., prélat de sa Sainteté, intéressé donc par notre appel en lien avec l’inculturation. Rendons grâce à Dieu pour ses bons conseils et pour sa prière pour nous. Le soir, nouvelle surprise : après une prière à Santa-Maria Trastevere, voici que nos trois pèlerins se retrouvent, par hasard, au milieu du groupe du Tro-Breizh avec Mgr Centène parmi eux. Et tous de prendre des photos de l’évêque et de nos trois amis revêtus de leurs costumes bretons, bien sûr, comme si le rendez-vous avait été convenu ! Un clin d’œil du Saint-Esprit !

     Durant leur séjour dans la ville éternelle, nos pèlerins de sainte Anne ont visité la basilique Sainte-Praxède et ont pu y faire mémoire des premiers Bretons gagnés à la foi. En effet, sainte Praxède et sa sœur sainte Prudentienne étaient les filles du sénateur Pudens et de Claudia, tous deux mentionnés par saint Paul dans sa seconde lettre à Timothée (II Tm. 4,21.) Or, Claudia était bretonne et, selon certains, elle serait la fille du chef breton Caratacos qui avait été vaincu par l’empereur Claude en l’an 51. Saint Pierre et saint Paul furent accueillis dans leur palais que l’on surnomma, de ce fait, Hospitium Apostolorum et encore Palatium Britanicum, du fait des origines de Claudia et des Bretons qui fréquentaient la maison. On prétend que leurs enfants furent baptisés par le Chef des Apôtres, notamment Timothée qui fut, selon la tradition, missionnaire en Bretagne insulaire et baptisa le roi Lucius ou Lewer Veur. Que cette sainte famille intercède pour les Bretons ! La basilique Sainte-Praxède conserve aussi la tombe du cardinal Alain de Coëtivy, né à Plounéventer en Léon, en 1407, fondateur de l’église Saint-Yves des Bretons, première église nationale de Rome. Comme vous l’avez compris, les pèlerins de TSA ne sont pas allés à Rome pour se promener. Et si c’était pour ouvrir la route à d’autres pèlerins bretons ?

Avril.

Dimanche 10. Journée de rencontre de la Communion. Petite exhortation de Benead sur divers sujets, avant de chanter les vêpres du Cinquième dimanche de Carême. Nous avons terminé en vén

érant les reliques de sainte Anne et par une onction d’huile provenant de Santa-Maria Aracoeli, à Rome, où l’on vénère l’Enfant Jésus d’une façon extraordinaire et très édifiante.

Samedi 16. Journée de chantier avec l’aide de Jean-Pierre, Huguette et Loïg. Une grosse veine de pierre, mise à jour en plein milieu de la maisonnette, devait être brisée pour préparer le sol. C’est fait !

     Il fait très beau et chaud, un peu trop même car il y a grand besoin de pluie.

Mercredi 20. Jean-Pierre et Huguette sont de retour, avec Alain cette fois, pour continuer le travail dans la maisonnette. Et en fin d’après midi, notre ami pasteur Philippe arrive pour une réunion de prière avec quelques amis. Ora et labora, travail et prière !

Dimanche 24. Dasorc’het eo an Aotrou, Allelouia ! Le Christ est ressuscité, Alléluia ! Lumières et chants de louanges dans la chapelle de Lann-Anna ! Da vintin Pask leun a splannder eo savet Jezuz eus ar Bez ! Le matin de Pâque, resplendissant, Jésus s’est levé du tombeau !

Mai.

Dimanche 1er. Ce jour est grand ! Premier jour du mois de Marie, Dimanche de la Miséricorde institué par Jean-Paul II, mort ce même jour il y a six ans, et aujourd’hui : jour de sa béatification par Benoît XVI ! Nous suivons à la télé la cérémonie retransmise de la place Saint-Pierre. Quelle émotion de se rappeler que la statue de sainte Anne, désormais dans la chapelle de Lann-Anna, fut bénite sur le Monte del Gozo à Compostelle par le Bienheureux Jean-Paul II !

Dimanche 8. Excursion Foi et culture de la Communion. Après le pique-nique partagé nous nous retrouvons à la chapelle pour un temps de louange, puis nous prenons la route de Leuhan. Nous commençons par la chapelle de N.D de Penvern. Après avoir admiré l’édifice et particulièrement les belles statues, nous chantons des cantiques en l’honneur de la Vierge Marie et nous prions particulièrement pour les personnes du quartier qui nous ont été recommandées. Nous atteignons ensuite la chapelle de Saint-Diboan où Benead nous parle du lieu, de ce petit pays entre Montagnes-Noires et Aulne, des saints qui y sont particulièrement honorés ; puis Sylvestre nous lit des passages de la vie de saint Abibon, fils de Gamaliel, vénéré en Bretagne sous le nom de saint Diboan (le saint qui enlève la douleur). Après avoir chanté les vêpres, nous nous retrouvons sous abri, devant la chapelle, pour un goûter préparé par Huguette. 

Vendredi 13. Mikaël a posé les trois fenêtres de la maisonnette, côté court. Bennozh da Zoue !

Samedi 14. Benead est parti chercher Mariannig afin d’aller ce soir avec elle à Pont-L’Abbé, pour une soirée inter-culturelle, organisée à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort du Père Vincent L’Hénoret, oncle d’Huguette, tué au Laos où il était missionnaire. Beau spectacle de danse et de musique du Laos et de Bretagne avec le groupe Pleon Paven du Pays bigouden. Que le Chant des Peuples, Kan ar Pobloù, s’élève pour la gloire de Dieu !

Dimanche 15. Ce matin, messe à Roudouallec à neuf heures et demie de façon à déjeuner plus tôt et à chanter les vêpres, juste ensuite : profitant de ramener Mariannig chez elle, nous voulions visiter quelques chapelles. Tout d’abord à Kerlenat en Locmalo où nous faisons le tour de la chapelle de la Vierge et descendons jusqu’à la fontaine qui a été récemment restaurée. A Locolven en Bubri, nous découvrons la chapelle et la fontaine Saint-Gwenaël. Puis nous rejoignons la chapelle Saint-Jean de Guern que nous trouvons ouverte, ce qui nous permet d’admirer son beau mobilier. Nous terminons par la chapelle Sant-Price en Melrant, posée dans le vallon du Brandifoud. Une belle tournée par un temps superbe ! Ned a ket razh an amzer gaer gant ar chas ! Tout le beau temps ne va pas avec les chiens

 

*******************************************

********************************************

 

 

Photo-0012

 

 

Publié dans Breizh da Jezuz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article