Breizh da Jezuz, niv.45 (français)

Publié le par Tiegezh Santez Anna

 

Miz Santez Annatro9.8.11 014

Tennet eus Hanezadur ar Vouster

 

Mois de Sainte Anne

Extrait des Chroniques du Moustoir

Texte en breton dans une autre fenêtre:

cliquez ici

 

Dimanche 12 juin. Réunion de la Communion en vue de préparer notre Pardon de Sainte Anne. Cette année, nous voudrions que soit mis davantage en lumière le lien étroit qui unit l’inculturation de la foi et la Nouvelle Evangélisation, deux éléments qui ont toujours été, en vérité, au coeur de la vie de notre famille spirituelle, depuis ses débuts, à la suite des JMJ de Compostelle en 1989. La redécouverte des racines chrétiennes de l’Europe en vue de la Nouvelle Evangélisation fut l’objet de l’exhortation de Jean-Paul II aux jeunes, cette année-là, ainsi que le thème de la rencontre en Galice. D’où notre initiative d’organiser un pèlerinage témoignant de l’inculturation de la foi en notre pays, par la langue bretonne, les costumes traditionnels et une grande statue de sainte Anne, Patronne de la Bretagne, réalisée spécialement pour l’occasion et qui se trouve désormais dans notre petite chapelle de Lann-Anna. Foi et culture et, pour nous, Foi et Bretagne, doivent toujours aller de pair. En octobre 2010, devant de la première assemblée plénière du Conseil Pontifical pour la promotion de la Nouvelle Evangélisation qu’il venait de fonder, Benoît XVI a insisté sur le fait que "...les chrétiens doivent adopter un style de vie crédible et convaincant. ... " et, parlant du "drame de la fragmentation...", le pape a souligné que "certaines personnes désireuses d’adhérer à l’Eglise sont fortement façonnées par une vision de la vie en contradiction avec la foi. Annoncer Jésus comme seul Sauveur du monde est plus com­pliqué que par le passé." Devant cette situation nouvelle, largement hostile à la foi, il apparaît clairement qu’une culture forte comme celle de la Bretagne est un atout majeur pour la Nouvelle Evangélisation. C’est ce qu’avait fait remarquer Jean-Paul II à l’évêque de Vannes, après sa visite en Bretagne : "Nous allons vers une mondialisation où tout le monde va être ‘brassé’ ; les gens voudront retrouver des racines sûres. Vous, en Bretagne, avez ces racines, comme nous en Pologne. Tout ce qui se passe sur le plan culturel et touche cette minorité qui veut s’exprimer est important et peut être chemin de foi. " (Képhas, janvier-mars 2004)

De concert avec la Tradition, la culture apparaît donc comme un paramètre indispensable de la Nouvelle Evangélisation. Bien que ce fut fort difficile de le mettre en oeuvre, du fait, d’une part, de la déchristanisation des milieux culturels bretons, et d’autre part, principalement, à cause de la sécularisation et de la déculturation de notre environnement ecclésial, Tiegezh Santez Anna s’est toujours attaché à marcher sur cette route de la Nouvelle Evangélisation allant de pair avec l’inculturation de la foi. Nous voulions donc mettre cela davantage en lumière par notre pardon cette année. Mais comment le faire avec le peu de moyens qui sont les nôtres ? Une idée nous est venue... A l'image de cette coiffe du côté de Landudec, dans le Pays-bigouden, que l’on nomme koef bras-bihan, c’est à dire coiffe grande-petite tant il est vrai qu’on peut la trouver grande ou petite selon les points de comparaison, aussi avons-nous pensé organiser un pardon qui serait plus petit, d’un certain point de vue, tout se passant à Lann-Anna dans la simplicité, et à la fois plus grand, d’un autre point de vue, puisqu’il s’étalerait pratiquement sur un mois, le Mois de Sainte Anne ! Et nous voilà partis avec ce nouveau projet... Jeudi 30. Nous commençons ce soir la lecture du Miz ha buhez Santez Anna, Mois et Vie de Ste Anne, un livre écrit par l’abbé Péron, vicaire de Cast, et édité en 1877. Jour après jour, nous y découvrirons ce que rapportent d’antiques traditions au sujet de la mère de Marie, ainsi que des récits de miracles obtenus par son intercession, en Bretagne principalement. Que notre Patronne nous guide sur les chemins du Seigneur, tout au long de ce mois qui lui est consacré.

Mardi 5. Puisqu’il pleut ce matin, nous nous affairons à préparer le hangar et à y disposer les tables en vue du pardon. Après déjeuner, la pluie ayant cessé, nous commençons à creuser, le long de la chapelle, une tranchée où sera installé un système de drainage.

Mardi 12. Nous avons poursuivi le travail le long de la chapelle : les drains ont été posés et la tranchée rebouchée avec des pierres et du gravier. La cour a été nettoyée et l’auge de pierre, soulevée à bout de bras, a été mise en place remplie d’eau bénite. Jean-Pierre a même eu le temps de faucher un peu d’herbe. Et nous voici prêts pour accueillir notre ami pasteur, Philippe Frémondeau, qui a été invité pour prêcher et animer une veillée de prière et d’évangélisation. "Devenir témoins de la réconciliation", tel est le thème retenu pour la réunion. Notre ami a insisté sur le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Splendide ! A la suite d’une question posée par l'un d'entre nous, il a expliqué également comment accueillir les prophéties, de façon à ce qu’elles portent du fruit dans nos vies. Que les grâces reçues ce soir-là soient gardées avec soin et qu’elles portent un fruit qui demeure ! Et rendons grâce au Seigneur pour Philippe qui a accepté de venir prêcher, avec tant de ferveur, dans la chapelle de Lann-Anna et de partager avec nous la Parole de Dieu. Rappelons-nous de ce que l’on peut lire dans notre livret Kan ar Pobloù : "Selon l'iconographie traditionnelle représentant sainte Anne enseignant sa fille Marie, c'est la Bible que l'on voit souvent entre les mains de la mère de la Vierge. La tradition, en effet, rapporte que sainte Anne a initié sa fille à la fréquentation des Saintes Ecritures: de son doigt cou­rant sur les lettres sacrées, elle apprit à Marie à suivre les voies de Dieu. Toute drapée de silence, sainte Anne nous convie nous aussi à faire silence, afin de prêter l'oreille à la voix du Seigneur qui nous parle du ciel (cf. Hb 12,25.) Fille du peuple formé par la Parole de Dieu et mère de la Mère de Jésus, Parole faite chair, sainte Anne est pour nous, en vérité, comme un miroir de l'Ecriture Sainte, comme un lutrin de la Parole qui se donne à nous. Héritière des pro­messes d'Israël, sainte Anne peut nous aider à considérer, avec plus de vérité encore, la longue route que Dieu a dû ouvrir pour atteindre le cœur de l'homme. Elle peut nous aider à découvrir la pédagogie de Dieu sur Israël et le plan du salut de Dieu sur tous les peuples de la terre, appelés au salut en Jésus Christ. "

Samedi 16. Nous sommes heureux d’accueillir cet après-midi le Père Philippe Calles, du Patriarcat de Roumanie, un prêtre orthodoxe donc, et son épouse Sylvie. Nous nous connaissons depuis de nombreuses années et nous avons voulu les inviter à venir célébrer un office dans le cadre du Mois de Sainte Anne. Mais tout d’abord, c’est la bénédiction de la maison ; les chants s’élèvent dans la fumée de l’encens et à la lumière des cierges, chaque pièce est aspergée d’eau bénite. Nous nous rendons ensuite à la chapelle pour la magnifique célébration des vêpres de la Dormition de Sainte Anne. La célébration s’achève par la vénération de la Croix et des reliques de sainte Anne, dans un grand recueillement. Nous sommes heureux de compter parmi nous le curé de Gourin. Au dire de tous, ce fut un temps de communion avec le ciel ! Rendons grâce à Dieu pour ce qui nous est donné de vivre sous le manteau de sainte Anne !

Mercredi 20. Chaque jour à Lann-Anna, est consacré à se préparer pour le pardon qui approche : mise en place du nécessaire dans le hangar, tonte des abords, nettoyage du jardin, taille de la haie et encore empesage des coiffes, préparation des feuilles et des célébrations… Rendons grâce à Dieu pour les personnes de bonne volonté qui sont venues travailler courageusement.

Jeudi 21. Veillée d’adoration dans la chapelle de Lann-Anna. Approchons-nous du Trône de la grâce (Hb 4,16) !

Vendredi 22. Nous nous retrouvons en début d’après-midi pour le Chemin de Croix. Le Chemin de Croix, dit le cantique breton, est le chemin du ciel, que Dieu montre à tous ! Nous continuons ensuite les travaux de préparation. Tout sera-t-il prêt pour dimanche ?

Dimanche 24. Neuvième Pardon Santez Anna. Les gens arrivent peu à peu, en fin de matinée, spécialement ceux qui ont choisi de revêtir des costumes bretons avec l’aide de Marie-Annick. Cette année, nous commençons par le pique-nique puisque la messe sera célébrée à 15h et pour la première fois dans la chapelle de Lann-Anna. Un évènement ! A la fin du repas, arrive le Père Dominique de Lafforest qui va célébrer. Nous sommes heureux de nous retrouver avec lui dans la chapelle où l’on peut admirer des peintures murales qu’il avait réalisées il y a deux ans de cela. La messe est célébrée en breton, avec des chants grégoriens comme à l’habitude. Tous ont apprécié l’humour du Père Dominique qui sait prêcher de manière très vivante et édifiante. Comme chaque année, il a été procédé à la bénédiction des costumes bretons et le Père Dominique a dit combien il trouvait important de revêtir les costumes traditionnels surtout dans une démarche de foi comme nous le proposons ici. Et c’est le retour vers le hangar pour le goûter festif. Goulven donne à entendre sa cornemuse pour la joie de tous ! Le curé de Gourin qui s’est joint à nous pour le café est joyeusement accueilli. Mais c’est bientôt le moment de retourner à la chapelle pour la célébration des vêpres suivies du Salut du Saint-Sacrement, de l’onction avec le baume de sainte Anne et de la vénération des reliques de notre Patronne. Prière également devant la carte des pays de Bretagne : que les Bretons ouvrent leur cœur au souffle de l’Esprit ! A noter cette année, la présence de Marie-Alix de Penguily qui est désormais présidente de l’association des Chemins du Tro-Breizh et qui est venue à Lann-Anna accompagnée d’une Flamande, vieille amie du Père Dominique qu’il évangélisa du temps de ses années d’exil en Belgique. Après les vêpres, plusieurs sont restés pour un pique-nique accompagné de chants et de quelques pas de danse. Et il était temps pour Maryvonne de planter sa tente avant la nuit… Gloire à Dieu et louange à sainte Anne pour cette belle journée de pardon !

Lundi 25. Fête de Saint Jacques. Matinée paisible au lendemain du pardon. Déjeuner avec quelques amis. Vers 15h30 arrive un ami prêtre qui célèbrera une messe très fervente dans la chapelle de Lann-Anna. Puis à 18h, nous nous retrouvons à la chapelle pour écouter Benead nous exposer les origines de la foi en Bretagne dès les temps apostoliques. Ensuite : vêpres, dîner et à 20h30 retour à la chapelle pour un temps de prière. "Ne te laisse pas aller à la tristesse…" (Si 30,21-25)

Lundi 25. Fête de Saint Jacques. Matinée paisible au lendemain du pardon. Déjeuner avec quelques amis. Vers 15h30 arrive un ami prêtre qui célèbrera une messe très fervente dans la chapelle de Lann-Anna. Puis à 18h, nous nous retrouvons à la chapelle pour écouter Benead nous exposer les origines de la foi en Bretagne dès les temps apostoliques. Ensuite : vêpres, dîner et à 20h30 retour à la chapelle pour un temps de prière. "Ne te laisse pas aller à la tristesse…" (Si 30,21-25)

Lundi 25. Fête de Saint Jacques. Matinée paisible au lendemain du pardon. Déjeuner avec quelques amis. Vers 15h30 arrive un ami prêtre qui célèbrera une messe très fervente dans la chapelle de Lann-Anna. Puis à 18h, nous nous retrouvons à la chapelle pour écouter Benead nous exposer les origines de la foi en Bretagne dès les temps apostoliques. Ensuite : vêpres, dîner et à 20h30 retour à la chapelle pour un temps de prière. "Ne te laisse pas aller à la tristesse…" (Si 30,21-25)

Mardi 26. Fête de Ste Anne. Un prêtre ami nous rejoint pour célébrer la messe à 11 heures. Quelle grâce pour nous d’avoir à nouveau la messe dans la chapelle de Lann-Anna pour la première fois le jour de la fête de notre sainte Patronne! Après le déjeuner dans le hangar, nous chantons les vêpres suivies par le Salut du Saint-Sacrement. Tous se retrouvent dans la joie pour le goûter avant de se saluer mutuellement, certains nous quitttant après trois jours de prière, de rencontre et de joie à Lann-Anna... Mais d’autres ont de la peine à partir si vite, si bien qu’après une promenade dans le quartier, ils sont encore restés pour un diner improvisé avec les restants...

Jeudi 28. En ce jour de la fête du grand évêque breton saint Samson, nous prenons la route de bonne heure, pour une journée de promenade et de découverte. C’est notre façon, dans la Fraternité, de prendre un peu de repos et de rendre grâce pour les belles journées passées à Lann-Anna durant ce Mois de Sainte Anne. Nous nous rendons directement au château de Pontivy pour visiter une exposition consacrée au costume breton et qui se tient, hélas, dans la chapelle du château... Qu’ils sont beaux les costumes des Bretons ! Il est déjà presque midi lorsque nous arrivons au bourg de Croixanvec pour visiter l’église qui est sous le patronage de saint Samson que nous fêtons en ce jour, et de saint Maurice de Carnoët qui est né, en fait, en cette paroisse. Pour le pique-nique, nous nous installons un peu plus loin, dans la campagne, devant une grotte de Notre-Dame de Lourdes. Assez rapidement, nous reprenons la voiture pour rejoindre le bourg de Saint-Gonéry, toujours dans le pays du Bro-Ereg ou Vannetais. Ici encore, nous dénichons assez facilement la clé de l’église. A Hémonstoir, en Cornouaille cette fois, ce sera une autre affaire. Après un arrêt au Trois Fontaines qui, hélas, ont été déplacées, nous nous lançons à la recherche de la clé de l’église dans un village qu'on nous a indiqué ; mais nous ne trouvons personne et après nous être à nouveau renseigné, nous retournons au bourg où l’on nous dit cette fois que nous devrions retourner la chercher en campagne... Bon, assez ! Nous décidons de poursuivre notre route vers Saint-Connec. Nous parvenons à visiter l’église qui conserve une belle bannière de sainte Anne. Mais le mauvais état de la tour nous inquiète de même que l’état de relatif abandon de l’édifice lui-même. Comme l’église, la belle fontaine est dédiée à saint Gonéri qui a vécu dans cette région avant de se retirer dans le Trégor, à Plougouscant où sa chapelle est célèbre. Dans la campagne, nous découvrons la fontaine saint Gildas, dans un site aménagé avec soin. Certainement un terrain communal, avons nous pensé. Mais pas du tout, car voici qu’arrive le propriétaire, fort accueillant, qui se met à nous présenter les lieux : seule subsiste la fontaine, mais il y eut autrefois une chapelle dont il nous conte l’histoire... Nous serions restés l’écouter encore mais nous ne pouvons pas tarder. De là, nous faisons un peu de route et nous atteignons le bourg de Trévé en Pays-de-Saint-Brieuc. Le temps de prendre un café près de l’église close, d’échanger quelque peu avec un ancien du pays, et de nous rendre jusqu’à la fontaine, et nous voici à nouveau en campagne pour découvrir la belle chapelle Saint-Pierre que nous visiterons une autre fois car nous ne pouvons obtenir la clé. Nous chantons les vêpres devant la chapelle, et c'est dans ce site magnifique que nous déballons notre pique-nique du soir. Nous arrivons trop tard à Grâce-Uzel pour prétendre trouver la clé de l’église dont l’intérieur est fort riche. Splendide également, l’église du Quillio, en Cornouaille, que nous pouvons admirer de l’extérieur seulement, mais quelle bonheur ! Nous terminons notre périple à la tombée de la nuit sur la colline de Notre-Dame de Lorette dominant la région, avant de prendre la route du retour. Merci Seigneur pour cette belle journée et que saint Samson bénisse ces terres de Bro-Erec, Cornouaille et Penthièvre que nous avons sillonnées.

Dimanche 31. Tandis que s’achève le Mois de Sainte Anne, nous faisons mémoire des belles choses vécues durant ces semaines bénies à Lann-Anna. Dans une grande simplicité mais plein de merveilleuses promesses, notre Pardon de Ste Anne 2011 n’a-t-il pas été en vérité un pardon bras-bihan, “grand-petit”, comme nous l’avions envisagé ?

***********************************                                                      

Texte en breton dans une autre fenêtre:

                             cliquez ici

Commenter cet article