Azbevaet gant Spered Doue

Publié le par Tiegezh Santez Anna

 

 

Azbevaet gant Spered Doue 

 

 

 * * *galleg / lire cet article en français

    

        En e garantez vras e fell da Zoue hor santelaat ; ha seul vuioc’h e tegemeromp, a-youl-gaer, e oberiezh en hor c’halon, seul vuioc’h e vamomp dirak oberenn e Drugarez a zeu d’hon azbevaat en hor boud en e bezh. Sant Paol en lavar d’an Desalonikidi : Doue ar peoc'h e-unan d'ho santelaat e kement a zo ac'hanoc'h; ho spered, hoc'h ene hag ho korf, da vezañ miret didamall, a-benn Donedigezh hon Aotroù Jezuz Krist ! Feal eo an hini ho kalv; eñ an hini a raio kement-se. (I Tes 5,23-24)

 

 gerva

Ar boud bredel ne c’hell

ket degemer kevrin Doue.

    

     Merzomp fraezh emañ ar c’hras oc’h oberiañ ennomp, en doare d’hon adneveziñ penn-da-benn, ken gwir ma’z eo, evel ma vez kelennet c’hoazh gant sant Paol en e lizher d’ar Gorintidi,  ne zegemer ket an den douarel traoù Spered Doue : follentez ez int evitañ, ha ne c'hell ket o anavezout,rak an traoù-se eo dre ar Spered e komprener anezho (I Ko 2,14). Gant seurt meizerezh, a-du-rall, e vo azonet gouniñverezh an Abostol : Evidon-me, breudeur, pa 'z on deuet da brezeg en ho touez, n'on ket deuet gant komzoù uhel pe furnez vras, da zegemenn deoc'h testeni Doue. N'em eus ket soñjet em boa un dra bennak all da anavezout en ho touez nemet Jezuz Krist, hag eñ bet staget ouzh ar Groaz. Ha me, dister, aonik, krenidik, pa 'z on degouezhet du-se. Va c'homzoù, va frezegennoù ne oant, tamm ebet, komzoù strobinellus ar furnez, met enno en em ziskoueze Spered ha nerzh Doue, evit na vefe ket diazezet ho feiz war furnez an dud, met war c'halloud Doue. Ha koulskoude eo furnez ivez a brezegomp e-touez ar re beurvat, ur furnez avat ha n'eo ket hini ar bed-mañ, nag hini priñsed ar bed-mañ, int hag a zle bezañ diskaret. Met prezeg a reomp furnez misterius Doue, an hini oa chomet kuzh, a oa bet ragaozet a holl viskoazh gant Doue evit hor gloar, met miret dianav da holl briñsed ar bed-mañ: rak mar o divije he anavezet, n'o divije ket staget ouzh ar Groaz Aotroù ar c'hloar. Hogen, evel maz eo skrivet: "Ar pezh n'o deus ket gwelet daoulagad an den ha n'o deus ket klevet e zivskouarn, ar pezh n'he deus ket ijinet e galon, eo kement-se en deus ragaozet Doue evit ar re a gar anezhañ" (I Ko 2,1-9).

     Evit degemer donezonoù Doue en o leunder e ranker eta tremen d’ur merzerezh bredel, douarel holl, d’ur merzerezh speredel, sklêrijennet gant gouloù Doue. Hadet e vezer korf douarel, adsevel a reer korf speredel. eme sant Paol d’ar Gorintidi. Maz eus ur c'horf douarel ez eus ivez ur c'horf speredel. Et ster-se ez eo bet skrivet: "An den kentañ, Adam, a zo bet krouet korf douarel, o kaout buhez ennañ"; an eil Adam a zo spered o reiñ buhez. N' eo ket ar speredel a zeu da gentañ, met an douarel, ha war e lerc'h hepken ar speredel. An den kentañ a zo bet tennet eus an douar, ha graet gant poultr; an eil den a zeu eus an neñv. Hag er stumm m'eo bet an hini douarel, evel-se ivez e vo ar re 'zo douarel ; met er stumm m'emañ an hini neñvel, evel-se ivez e vo ar re 'zo neñvel. Hag evel m' hon eus douget skeudenn an hini douarel, e tleomp dougen skeudenn an hini neñvel. En diskleriañ a ran, breudeur: ar c'hig hag ar gwad n' hellont ket kaout lod e rouantelezh Doue, nag ar vreinadurezh perc'hennañ an divreinusted. (I Ko 15,44-50)

     Emañ ar c’hig, ar c’hreud, sarx e gresianeg, o tezenvel amañ gwanderioù an dended, eleze mab-den en e zic’halloudegezh da sevel war-zu Doue, roet d’ar pec’hed ha d’ar marv. Er Bibl avat ne vez morse erverzet ar c’hreud evel ma vefe fall ennañ e-unan : krouet eo bet gant Doue, gwisket eo bet gant Mab Doue, hag e tiogelomp er Gredo dasorc’hidigezh ar c’hreud. Koulskoude ez eo dre ar spered a ra eus mab-den n’eo ket ur beviad nemetken hogen ur boud dezevus hag atebek, e teu Spered Doue da chom en hor boud ha d’hon dieubiñ. Gant komzoù kevrinus a-walc’h an Abostol e kaver ervat un heklev eus re Jezuz ouzh Nikodem : E gwirionez, e gwirionez, me a lavar dit, mar ne vez ket ganet unan bennak a-nevez eus an nec'h, ne c'hell ket gwelout rouantelezh Doue (…) Kement a vez ganet eus ar c'horf a zo korf, ha kement a vez ganet eus ar Spered a zo spered. (Yn 3,3.6) E degouezhioù all, e vo eztaolet gant Jezuz gant gerioù o tennañ d’ar silvidigezh : Rak an neb a venno saveteiñ e vuhez –eleze ar vuhez douarel- he c'hollo, met an neb a gollo e vuhez en abeg din-me ha d'ar c'heloù mat, he saveteio  (Mark 8,35). Ha c’hoazh : An neb a gar e vuhez (douarel), he c'hollo; hag an neb a gasa e vuhez er bed-mañ, he miro evit ar vuhez peurbadus. (Yn 12,25)

     Seurt komzoù krenn a zo da zeveizañ dre m’emañ hor boud bredel, abaoe diskrog ar pec’hed kentañ, klozet warnañ e-unan ha troet a-grenn da glask e walc’h narkizek traken, disrannet diouzh Doue. Hag arabat dimp soñjal e vefe trawalc’h bezañ kristen evit bezañ tud speredel ! Ken gwir ma’z eo e c’heller siwazh enframmañ lod gwirionezioù ha stuzioù kristen met en un doare bredel penn-da-benn. Diwar-se e vo bepred direet ar vuhez kristen da erounezidigezh reolennoù relijiel hepmui ; ar feiz d’ur ouiziegezh kefredel treuzkaset dre gelennadenn pe deskoniadur (an nevegezh !) ; ar goubeizh d’ur raklun denel da gas war-raok war bouez e zivrec’h ; ar garitez d’un dengarouriezh emlorc’hek ; ar vuhez kevrinel d’un touellerezh brizhtriviadell ; ar vuhez karismatek d’un enklask dianzavet a hollc’halloudegezh gant tunembreg an dud. E berr gomzoù, ur vuhez kristen a chomfe war ul live bredel, denel nemetken, hep degemer buhez Doue, ne c’hellfe morse dougen frouezh ar Spered ha krignvreinet e vefe ouzhpenn gant spered an disrann, an tabut, an dispac’hañ diastal a vez o tiskar Iliz an Aotrou evel m’en lavare endeo sant Jud : C'hwi avat, va re garet, ho pet soñj eus ar pezh o deus diouganet ebestel hon Aotroù Jezuz Krist, pa lavarent deoc'h: "E fin an amzer e vo goapaerion a vezo oc’h en em ren hervez o c'hoantegezhioù andeol". Ar re-se eo a laka dizunvaniezh da sevel, tud loenek ha dispered. C'Hwi avat, va re garet, o reiñ skouer vat an eil d' egile dre ho feiz santel-meurbet, o pediñ er Spered Santel, en em virit e karantez Doue, leun a fiziañs e roio deoc'h hon Aotroù Jezuz Krist, en e drugarez evidoc'h, mont d' ar vuhez peurbadel. Evit ul lod, ar re a zo etre daou soñj, klaskit gonit o spered; reoù all, o salvit en ur dennañ anezho eus an tan; ar re all, ho pet en o c'heñver truez mesket gant aon, en ur gasaat zoken an doneg bet saotret gant o c'hig. (Jud 1,17-23)

 

 

Dieubiñ ar spered ennomp

 

     M’emañ hor bred ouzh hon bac’hañ kement ma’z omp dic’houest, evit gwir, da zegemer buhez Doue ha neuze rediet da c’henel en-dro evit dont a-benn d’en ober, e vefemp douget da sevel, ni ivez d’hon tro, goulenn Nikodem ouzh Jezuz : Penaos e c'hell un den bezañ ganet hag eñ kozh? Daoust hag e c'hell un eil gwech mont e korf e vamm evit bezañ ganet adarre? (Yn 3,4) Ar goulenn reizhwir-mañ a gavo e respont diwezhañ holl en oberenn ar Groaz ma kan sant Paol he zrec’hlid en e lizher d’ar Goloseidi : C'hwi hag a oa marv en abeg d' ho pec'hedoù ha d'ho korf diamdroc'h,emezañ, en deus ho lakaet da advevañ a-unan gantañ : pardonet en deus dimp hon holl bec'hedoù! Diverket en deus skrid hon dle gant e c'hou­rc'hemennoù a-enep dimp ; ar skrid-se, en tennet en deus kuit, dre e stagañ ouzh e Groaz. Ha goude diberc'hennañ ar Priñselezhioù hag ar Galloudegezhioù, en deus roet anezho da welout da c'hoaperezh an dud, en ambrougadeg e drec'h. (Kol 2,13-15)    

     Sturiet gant e c’hoantoù kreudel ha lorbet gant an diaoul, e vago ar boud bredel ennañ an touellerezh lorc’hus e c’hellfe gonit e silvidigezh dre e nerzh dezhañ e-unan. Diwar-se e tiogel sant Paol d’an Efezidi : Ha c’hwi, marv e oac’h en abeg d’an drougoberoù ha d’ar pec’hedoù ma’z edoc’h gwezhall o vevañ enno da heul doare ar bed-mañ, hervez priñs Rouantelezh an Aer, ar spered-se a zalc’h da labourat e bugale an disentidigezh. En o zouez e oamp holl ni ivez ma vevemp e c’hoantegezhioù  hor c’horfoù, en ur sentiñ ouzh mennadoù ar c’hig hag ouzh ar soñjoù fall, en doare ma oamp dre natur bugale dleet dezho ar gonnar, evel ar re all. Met Doue hag a zo pinvidik e drugarez, dre ar garantez vras en deus hor c’haret ganti, goude ma oamp marv en abeg d’hor pec’hedoù, en deus adroet dimp ar vuhez a-unan gant ar C’Hrist, rak dre c’hras ez oc’h salvet ; a-unan gantañ en deus hon adsavet da vev hag hon laket d’azezañ en neñvoù a-unan gantañ, ar C’Hrist Jezuz. Gant-se e fell dezhañ diskouez er c’hantvedoù da zont pegen divuzul eo pinvidigezh ar c’hras en deus bet en e vadelezh en hor c’heñ­ver er C’Hrist Jezuz. Rak dre c’hras end-eeun ez oc’h salvet dre grediñ. Ha kement-se ne zeu ket ac’hanoc’h hoc’h unan, met donezon Doue ez eo ; ne zeu ket eus an oberoù, evit na c’hellfe den fou­­­geal gant se. E labour ez omp, krouet ma’z omp bet er C’Hrist Jezuz gant Doue, evit dougen an obe­roù mat en deus rakdivizet anezho dimp da se­veniñ.(Ef 2,1-10)

     Gant donedigezh Jezuz en hor c'hreud, gant e varv hag e zasorc'h o tellezout evit silvidigezh pep den, ez eo kroget, evit gwir, an amzerioù diwezhañ (kv Hb 1,2), amzer ar c’hras, amzer an dieubidigezh. Ha dre c'halloudegezh ar Spered Santel, er C'Hrist, an Adam nevez, emañ an Aotrou Doue o sevel un denelezh nevez hag e ro d’an dud da vezañ ganet a-nevez, da zont da vezañ tud nevez (kv Ef 2,15), barrek da ginnig al lid speredel (kv. Rm 12,1) er spered hag e gwirionez evel m’en doa kemennet Jezuz d’ar Samaritanez Met dont a ra  an eur, ha bremañ eo dija, ma vo ar gwir azeulerion oc’h azeuliñ an Tad e spered hag e gwirionez ; rak ar re-se eo a vez  klasket gant an Tad da azeulerion dezhañ. Doue a zo spered, hag ar re a azeul anezhañ o deus d’e azeuliñ e spered hag e gwirionez. (Yn 4,23-24)

    Seurt azeulerezh a zo frouezh hon digoridigezh da oberenn Spered Doue ennomp ha frouezh hor c'henlabour gantañ, Eñ hag a zeu d'hon dieubiñ diouzh ar c'hreud, diouzh lezenn ar pec'hed hag ar marv (Rm 8,2), evit hol lakaat da vevañ hervez ar c'hras. Oberenn Doue en hon dended zo dezhi disoc’h gant deubidigezh hor spered : evit gwir, gant  nerzh ar Spered Santel ha dre e Gomz nerzhus, kalz lemmoc’h eget n’eus forzh peseurt kleze divzremmek (kv Hb 4,12) ), barrek da vont tre betek disparti an ene diouzh ar spered, ar juntroù diouzh ar mel-eskern (ibid) e teu Doue, da zevoudañ evel un disparti etre hon ene, psychè, pennaenn a vuhez korfel ha bredel, hag hor spered, pneuma, pennaenn a vuhez speredel, evit ma vefe dieubet hennezh en doare ma c'hellfemp mont gant hentoù furnez Doue a dremen dre follentez ar Groaz. Ha ni, dieubet hor spered, a c’hell tañva karantez radek an Tad evidomp : Evel-se ‘ta, breudeur,eme sant Paol d’ar Romaned, ez omp dleouroin, met n’ eo ket e-keñver ar c’horf evit bevañ hervez ar c’horf. Rak mar bevit hervez ar c’horf, ho po ar marv ; met mar lakit gant ar Spered oberoù ar c’horf da vervel ennoc’h,  ho po ar vuhez. Rak kement hini a zo lusket gant spered Doue a zo bugel da Zoue. Nann, n’ eo ket ur spered a sklavourion hoc’h eus resevet evit adkouezhañ en aon; resevet  hoc’h eus ur spered a advibion hon laka da grial; Abba, Tad! Ar Spered e-unan a ro testeni d’hor spered-ni ez omp bugale da Zoue. Ha mard omp bugale ez omp ivez hêred; hêred Doue, kenhêred gant ar C’Hrist, peogwir e c’houzañvomp poan gantañ da gaout gloar ivez a-unan gantañ. (Rm 8,12-17)

 

 

Kanttroidigezh ha pareidigezh an ene

 

    Doue en deus hor c’hrouet gouest d’E anavezout - capax Dei hervez ar gaer a droienn latinek - met dav eo dimp bout dieubet diouzh kabestr mougus hor bred evit kerzhout da vat war hentoù an Aotrou. Seurt dieubidigezh eus hor spered, anezhañ blein hon ene, ma c’hell Doue drezañ sklêrijennañ hor buhez a-bezh, n’eus ket anezhi lomañ eus un oberenn diwezhel ha ne c’hoarvez ket diwar un taol hud : emañ o tiarc’hañ hor c’henlabour diastal a vez pleustret dre ur vuhez a ganttroidigezh o tegas evit gwir pareidigezh d’an ene. Gant nerzh e laka sant Paol an Efezidi war evezh a-zivout o doare da vevañ : Kement-mañ a lavaran deoc’h hag a destenian a-berzh an Aotroù : arabat deoc’h bevañ evel ma ra ar Baganed e diboellegezh o spered. Teñvalijennet o soñjoù ez int deut da vezañ estrañjourion da vuhez Doue gant an dallentez-se bet degaset enno gant kaleter o c’halon ; hag ur wech deuet o c’houstiañs da vezañ bouc’h, ez int en em roet d’an hudurniezh, betek en em zougen da bep seurt loustoni gant holl nerzh o c’halon. Evidoc’h avat, n’ eo ket evel-se hoc’h eus desket ez eo ar C’Hrist, da vihanañ mard eo bet prezeget deoc’h en e anv, ur gelen­nadurezh hañval-mat ouzh gwririonez Jezuz, da c’houzout eo e tleit dilezel ho stumm kentañ da vevañ, dilemel diwarnoc’h an den kozh aet da vrein gant e c’hoantegezhioù touellus ; met en em neveziñ a spered hag a soñj, ha gwiskañ warnoc’h an Den nevez a zo bet krouet diouzh skeudenn Doue er reizhder hag er santelezh hervez ar wirionez. (Ef 4,17-24) Ar c’hristen zo dezhañ en em adneveziñ dibaouez evel ma vez kelennet c’hoazh gant sant Paol d’ar Goloseidi : Diwisket hoc’h eus diwarnoc’h an den kozh, gant e oberoù, ha gwisket an den nevez, an hini a antre muioc’h-mui en anaoudegezh wirion dre nevesaat diouzh skeudenn e grouer (Kol 3,9-10) Hag an adnevezidigezh diabarzh-se a zo ret d’al lidadenn speredel evel m’en displeg c’hoazh en e lizher d’ar Romaned : Hoc’h aspediñ a ran eta, breudeur, en anv trugarez Doue, d’ en em ginnig hoc’h-unan da brofadenn vev, santel ha plijus da Zoue : sed ar servijerezh speredel a zle bezañ hoc’h hini. Ha n’ it ket da gemer skouer war ar bed a-vremañ, met en em stummit en-dro dre neveziñ ho spered, evit anavezout petra eo youl Doue, a zo kement a zo mat, kement a blij dezhañ, kement a zo peurvat. (Rm 12,1-2)

     Seurt adnevezidigezh, hag hi frouezhenn ur vuhez a ganttroidigezh hag a zigoridigezh d’ar c’hras, zo anezhi ar bareañs wirion eus an ene a rank bezañ klasket gant ar c’hristen. Disheñvel eo diouzh an dispakadur hiniennel, brudet gant an mezegerezhioù diouzh ar c’hiz hiziv an deiz hag int diazezet war veizadurioù eus an den diavaez a-grenn pe enebet zoken ouzh ar furnez kristen. Disheñvel eo ivez diouzh enklask buhezadurioù speredel en araez d’hon tennañ eus hor buhez pemdeziek ken ponner ha ken dipitus alies. Edo dija, er pevare kantved, ar vesalanouriezh "o hevelebiñ gras ar Spered Santel ouzh buhezad bredoniel e ouezvoud en ene. An Tadoù, oc’h enebiñ outo, a bouezas war an devoud ez eo er c’hevrin e vez sevennet unaniezh an ene pedus gant Doue, ha pergen dre sakramantoù an Iliz. Bez e c’hell c’hoarvezout evel-henn er glac’har hag en enkrez." (Amaezh Nevet Kelennadurezh ar Feiz, Lod arvezioù eus ar bedenn kristen, 15 X 1989)

     Doue, dre e Gomz, evel ur c’hleze divzremmet, da gentañ c’hwek er genoù, evel mel (kv Ez 3,3) o tegas distan, ha da c’houde, c’hwerv er bouzelloù (kv Dsk 10, 9) evit glanaat, a zeuio da reiñ dimp en-dro yec’hed an ene mard omp feal da vevañ eus e c’hras dre ar bedenn hag ar sakramantoù. Rak n’eo ket ul louzaouenn nag ur palastr o defe o gwellaet,a lenner e Levr ar Furnez, met ho komz-C’Hwi, Aotroù, hi hag a bare pep tra. (Fu 16,12) 

      

 

Korfoù kreudel bevaet gant ar Spered

 

Evit ma c’hello dieubidigezh ar spered, dre berzh ar c’hras, ha pareidigezh an ene, dougen o holl frouezh en hor buhez, ha ni bugale ar sklêrijenn (kv.Yn 12,36), e rankomp diskenn donoc’h bepred ennomp hon-unan, er greizenn anvet c’hoazh er Bibl ar galon (kv Ad 6,5 // Mz 22,37) ; lec’h an dibaboù krennus, andon hon hiniden emouez, meizek ha dieub ; arabat he droukveskañ gant ar fromañ, gant ar c’hantaezañ nag an trivliañ, na kennebeut gant ar c’hefred nag ar poell.    

     Gant Pedenn ar galon, hag hi o klask unaniñ c’hwezh ar vuhez ouzh c’hwezh Doue, hon eus tu da ziskenn er pep donañ ac’hanomp, da zizoleiñ ar galon don-se, al lec’h-se nebeut anavezet, marteze prennet zoken gant hor spouronoù, hor goulioù, ma ro Doue dimp diraez dezhañ dre e c’hras a-benn degemer road kefleun e vuhez. N’ho pet ket aon, eme an Dasorc’hed o tont da ruilhal ar vein a stouv hor c’halonoù ! Hag en hor c’halon eo e c’hellomp klevout ar Spered Santel o hiboudiñ ennomp, hervez komzoù sant Ignas Antiokeia : Deus da gaout an Tad !

     Ha setu, en devoud, ma vez laket hor c’horf zoken, evel e diarsell ar silvidigezh evit dont da vezañ korf kreudel bevaet gant ar Spered. Rak d’an hinidenn en he fezh eo e fell da Zoue, dre ar Spered Santel, deren sklêrijenn ha buhez. A-ziforc’h diouzh kravezegezhioù ar Reter a ra kement a reuz hiziv an deiz, ne vez ket dispellaet ar c’horf en degerzh speredel kristen, n’eo ket dizanvezelaet kennebeut hogen galvet eo da vezañ klodekaet. Ar c’horf, betek evel, n’eo ket enebet, evit gwir, ouzh ar spered hag ouzh gouloù an Dasorc’h ; en enep ez eo galvet da vezañ peurleuniet gant ar Spered evit dont da vezañ speredel. Eneberezh ar c’hreud ouzh ar spered hag a zo bet pouezet betek re warnañ gant ur gristeniezh gwall sklêrijennet ne zeu ket da gentañ eus danvezelezh ar c’horf met eus an diouer a nerzh er spered hag eus harzerezh ar bred da sentiñ ouzh ar spered.  

     Ha ni deuet da vezañ Templ an Doue bev dre ar Spered, (kv 2 Ko 6,16 ; 1Ko 3,16-17) setu ma c’hellomp neuze kemer hol lec’h e savidigezh an Templ Santel, en Aotrou (Ef 2,21), renket er savadur evit dont da vezañ ti Doue er Spered (Ibid. 22). Ha setu ma c’hellomp ivez diverzout ar c’horf (1Ko 11,29), ha keduniñ ouzh ar C’Hrist bev en e Iliz, anezhi Korf ar C’Hrist ma’z omp ni an izili anezhañ. Hag-eñ n’ ouzoc’h ket ez eo ho korfoù izili ar C’hrist, eme sant Paol d’ar Gorintidi ?  

     O vont dreist da bep argeziad azvanek da zerc’hennañ an natur e klask an ikonennoù hengounel erzerc’hañ goulaouadur diabarzh ar c’horfoù klodekaet. Jeruzalem neñvel gweledigezhioù an Diskuliadur n’he deus mui ezhomm eus sked an heol nag eus hini al loar rak klod Doue a ro sklêrijenn dezhi, hag he lamp eo an Oan. (Disk 21,33)  Servijerion Doue a welo e Zremm (Ibid. 22,4 / kv. 2 Ko 3, 18) Ha noz ne vo ken, ha ne vo ken ezhomm eus gouloù al lamp, nag eus gouloù an heol, rak an Aotrou Doue eo an hini o sklerijenno, hag e renint da rouaned evit kantvedoù ar c’hantvedoù. (Disk 22,5)

     C’Hwi eo sklêrijenn ar bed, eme Jezuz d’e ziskibled, o lavarout ouzhpenn e tle o sklêrijenn lugerniñ dirak an dud (Mz 5,14.16). Evel ur respont da bedenn Jezuz a lavare : An tan ez on deuet da zegas war an douar, ha nag e karfen e vefe krog a-benn bremañ (Lk 12,49) e c’hellomp lavarout gant sant Koulman : O Krist, teurvezit enaouiñ C’Hwi-hoc’h unan hor c’hleuzeurioù, C’Hwi hor Salver c’hwek meurbet, o lakait da zeviñ dizehan en hoc’h annez, ha da resev, gouloù divarvel, ul luc’h anfelladus. Ho kouloù d’argas hon teñvalderioù ha drezomp da lakaat teñvalderioù ar bed da gilañ.   

    

Evit degas sevenadur ar vuhez

 

     Bez e c’hell eta an Aotrou Doue, ma tegemeromp e c’hras, azbevaat hor boud en e bezh hag, anat eo, e teu ivez, dre-se, da bareañ ha da adsevel hon tiegezhioù hag ar gevredigezh. Krediñ a reomp e fell da Zoue, dindan mantell santez Anna, hag hi hêrez grataennoù ar C’Heviun ha mamm Mamm ar Salver, deren ouzhimp e glod ha dec’han ur bobl adnevesaet. "Bennozh da oberenn ar Spered Santel en o c'halon e c'hell hiviziken ar feizidi eus pep yezh hag eus pep sevenadur kemer perzh e kevrin dimeziñ Doue gant an denelezh en ur genunaniezh e liamm glan ar garitez (kv Kol 3,14). O lidañ Doue gant holl berzhioù mat o sevenadur bet glanaet ha frouezhusaet gant had an Aviel e c'hellont klodekaat Doue gant holl c'hallusterioù o buhez den. Dre berzh ar sevenadur kristen buhezet dindan c'hwezh Spered ar Pantekost e c'hellont degemer karantez Doue en holl dachennoù o buhez. Gant kasadenn ar Spered Santel en devezhioù diwezhañ-mañ emañ sevenet, evit gwir, kemenn Yoel (kv Ob 2,17) ha diouganoù all an Emglev Kentañ o kemenn ur bed adunanet gant Doue (kv Za 14, 20) hag e c'hell hiviziken ar gristenion lidañ Doue oc'h ober pep tra "bepred en anv Jezuz Krist, en ur rentañ bennozh drezañ da Zoue an Tad." (Kv Kol 3,17) A-drugarez da enstuzegezh ar feiz, anezhi frouezh labour ar Spered e kalon ar feizidi, e c'hell pep den ober eus e vuhez a-bezh ul lid a drugaregezh d'an Doue Krouer ha Salver. Ha galvet ez eo pep pobl da lidañ donezon ar vuhez nevez hervez he ijin dezhi he-unan ha da zegas he mouezh dibar da Gan ar Pobloù a rank sevel eus an douar a-bezh." (Tennet diwar Kan ar Pobloù)

 

                                                                                             Benead +

 

Vivifiés par  l’Esprit de Dieu

 

     Parce que Dieu nous aime, il veut notre sanctification ; et plus nous accueillons librement son action en nos cœurs, plus nous plongeons dans l’émerveillement devant l’œuvre de sa miséricorde qui vient nous renouveler dans tout notre être. Saint Paul le dit aux Thessaloniciens : Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie totalement, et que votre être entier, l'esprit, l'âme et le corps, soit gardé sans reproche à l'Avènement de notre Seigneur Jésus Christ. Il est fidèle, celui qui vous appelle: c'est encore lui qui fera cela.  (I Tes 5,23)

 

 

L’être psychique ne peut accueillir le mystère de Dieu.

    

     Remarquons bien que l’œuvre de la grâce vise à nous renouveler radicalement, tant il est vrai, comme l’enseigne encore saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens, que L'homme psychique n'accueille pas ce qui est de l'Esprit de Dieu: c'est folie pour lui et il ne peut le connaître, car c'est spirituellement qu'on en juge. (I Co 2,14). Cette considération détermine d’ailleurs le ministère de l’Apôtre : Pour moi, quand je suis venu chez vous, frères, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige de la parole ou de la sagesse. Non, je n'ai rien voulu savoir parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié. Moi-même, je me suis présenté à vous faible, craintif et tout tremblant, et ma parole et mon message n'avaient rien des discours persuasifs de la sagesse; c'était une démonstration d'Esprit et de puissance, pour que votre foi reposât, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. Pourtant, c'est bien de sagesse que nous parlons parmi les parfaits, mais non d'une sagesse de ce monde ni des princes de ce monde, voués à la destruction. Ce dont nous parlons, au contraire, c'est d'une sagesse de Dieu, mystérieuse, demeurée cachée, celle que, dès avant les siècles, Dieu a par avance destinée pour notre gloire,  celle qu'aucun des princes de ce monde n'a connue --  s'ils l'avaient connue, en effet, ils n'auraient pas crucifié le Seigneur de la Gloire -- mais, selon qu'il est écrit, nous annonçons ce que l’œil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au cœur de l'homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment. (I Co 2,1-9).

     L’accueil des dons de Dieu dans leur plénitude exige donc de passer d’une perception psychique, toute terrestre, à une perception spirituelle éclairée par la lumière divine. On est semé corps psychique, expose saint Paul aux Corinthiens, on ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps psychique, il y a aussi un corps  spirituel. C'est ainsi qu'il est écrit: Le premier homme, Adam, a été fait âme vivante; le dernier Adam, esprit vivifiant. Mais ce n'est pas le spirituel qui paraît d'abord; c'est le psychique, puis le spirituel. Le premier homme, issu du sol, est terrestre, le second, lui, vient du ciel. Tel a été le terrestre, tels seront aussi les terrestres ; tel le céleste, tels seront aussi les célestes. Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste. Je l'affirme, frères: la chair et le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, ni la corruption hériter de l'incorruptibilité.  (1 Co 15, 44-50)

     La chair, sarx en grec, désigne ici les faiblesses de la nature humaine, l'homme, dans son impuissance à s'élever vers Dieu, livré au péché et à la mort. Mais la Bible ne considère jamais la chair comme intrinsèquement mauvaise : elle a été créée par Dieu, le Fils de Dieu a pris chair et nous affirmons dans le Credo la résurrection de la chair. Cependant, c’est par l’esprit, qui fait de l'homme non seulement un vivant, mais un être pensant et responsable, que l'Esprit de Dieu vient habiter notre être et nous libérer. Les paroles, certes assez mystérieuses de l’Apôtre, font écho à celles de Jésus à Nicodème : En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. (…) Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit. (Jn 3,3.6)  En d’autres circonstances, Jésus l’exprime en termes de salut : Qui veut en effet sauver sa vie – il s’agit de la vie charnelle - la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi et de l'Evangile la sauvera. (Marc 8, 35)  Et encore : Qui aime sa vie (charnelle) la perd ; et qui hait sa vie en ce monde la conservera en vie éternelle. (Jean 12,25)

     Une telle radicalité s’explique par le fait que notre être psychique, depuis la rupture du premier péché, est fermé sur lui-même et tout entier orienté à chercher sa satisfaction narcissique, séparé de Dieu. Et n’allons pas penser qu’il suffit d’être chrétien pour être spirituel ! Il est hélas possible, en effet, d’intégrer certaines vérités chrétiennes, certains modes de vie chrétiens, mais d’une manière toute psychique. On ramènera alors, invariablement, la vie chrétienne à une simple application de préceptes religieux ; la foi à une connaissance intellectuelle transmise par ensei­gnement ou initiation (la gnose !) ; l’espérance à un programme humain à mettre en œuvre à la force du poignet ; la charité à une philanthropie présomptueuse ; la vie mystique à une illusion senti­men­tale ; la vie charismatique à une recherche inavouée de toute puissance avec manipulation des personnes. Bref, une vie chrétienne qui en reste à un niveau psychique, purement humain, sans l’ouverture à la vie de Dieu, ne pourra jamais porter les fruits de l’Esprit et sera, de plus, gangrénée par cet esprit de division, de polémique, de rébellion permanente qui vient ruiner l’Eglise du Seigneur ainsi que le dénonçait déjà saint Jude : Mais vous, très chers, rappelez-vous ce qui a été prédit par les apôtres de notre Seigneur Jésus Christ. Ils vous disaient: "A la fin du temps, il y aura des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies." Ce sont eux qui créent des divisions, ces animaux, ces êtres "psychiques" qui n'ont pas d'esprit. Mais vous, très chers, vous édifiant sur votre foi très sainte, priant dans l'Esprit Saint, gardez-vous dans la charité de Dieu, prêts à recevoir la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle. Les uns, ceux qui hésitent, cherchez à les convaincre ; les autres, sauvez-les en les arrachant au feu; les autres enfin, portez-leur une pitié craintive, en haïssant jusqu'à la tunique contaminée par leur chair. (Jude 1,17-23)

 

 

Libérer l’esprit en nous

 

     Si l’enfermement dans notre psychisme nous rend à ce point incapables d’accueillir la vie divine qu’il nous faut renaître pour y parvenir, on serait tenté de reprendre la question de Nicodème à Jésus : Comment un homme peut-il naître, étant vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître ? (Jn 3,4)  Cette question légitime trouve sa réponse ultime dans l’œuvre de la Croix dont saint Paul chante le triomphe dans sa lettre Colossiens : Vous qui étiez morts, dit-il, du fait de vos fautes et de votre chair incirconcise, Il vous a fait revivre avec lui! Il nous a pardonné toutes nos fautes! Il a effacé, au détriment des ordonnances légales, la cédule de notre dette, qui nous était contraire; il l'a supprimée en la clouant à la croix. Il a dépouillé les Principautés et les Puissances et les a données en spectacle à la face du monde, en les traînant dans son cortège triomphal. (Colossiens 2, 14-15)

     Guidé par ses convoitises charnelles et trompé par le démon, l’être psychique entretient en lui l’illusion orgueilleuse de pouvoir gagner son salut par ses propres forces. Aussi saint Paul affirme-t-il avec puissance aux Ephésiens : Et vous qui étiez morts par suite des fautes et des péchés dans lesquels vous avez vécu jadis, selon le cours de ce monde, selon le Prince de l'empire de l'air, cet esprit qui poursuit son oeuvre en ceux qui résistent...  Nous tous d'ailleurs, nous fûmes jadis de ceux-là, vivant selon nos convoitises charnelles, servant les caprices de la chair et des pensées coupables, si bien que nous étions par nature voués à la colère tout comme les autres... Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés,  alors que nous étions morts par suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ --  c'est par grâce que vous êtes sauvés! --  avec lui Il nous a ressuscités et fait asseoir aux cieux, dans le Christ Jésus. Il a voulu par-là démontrer dans les siècles à venir l'extraordinaire richesse de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus. Car c'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, moyennant la foi. Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu;  il ne vient pas des oeuvres, car nul ne doit pouvoir se glorifier. Nous sommes en effet son ouvrage, créés dans le Christ Jésus en vue des bonnes oeuvres que Dieu a préparées d'avance pour que nous les pratiquions. (Eph 2,2-10.)  

     C’est par la venue du Christ dans notre chair, par sa mort et sa résurrection, que Dieu a ouvert la voie du salut à tout homme, inaugurant les temps derniers (cf. Hb 1,2), temps de la grâce, temps de la libération. Et par la toute-puissance du Saint Esprit, dans le Christ, nouvel Adam, Dieu suscite une humanité nouvelle, donnant aux hommes de naître de nouveau, de devenir hommes nouveaux (cf. Eph 2,15), capables d’offrir le culte spirituel (cf.Rm 12,1) en esprit et en vérité ainsi que Jésus l’avait annoncé à la Samaritaine : Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les véritables adorateurs adoreront le Père dans l’esprit et la vérité, car tels sont les adorateurs que cherche le Père. Dieu est esprit et ceux qui adorent, c’est dans l’esprit et la vérité qu’ils doivent adorer. ( Jean 4,23-24)

     Une telle adoration est le fruit de notre ouver­ture et de notre collaboration à l’œuvre en nous de l'Esprit de Dieu qui vient nous libérer de la loi du péché et de la mort (Rm 8,2), pour nous faire vivre selon la grâce. Cette œuvre divine en notre nature humaine doit donc aboutir à la libération de notre esprit : en effet, dans la puissance du Saint Esprit, Dieu, par sa Parole vivante, efficace et plus incisive qu'aucun glaive à deux tranchants (cf. Hb 4,12) pénètre jusqu'au point de division de l'âme et de l'esprit, des articulations et des moelles (ibid.) pour opérer en nous comme une division entre notre âme psychè, prin­cipe de vie corporelle et psychique, et notre esprit pneuma, principe de vie spirituelle, afin de libérer celui-ci et de nous permettre de suivre les voies de la sagesse de Dieu qui passe par la folie de la Croix. Cette libération de l’esprit, nous permet de goûter l’amour gratuit du Père pour nous : Ainsi donc, mes frères, dit saint Paul aux Romains, nous sommes débiteurs, mais non point envers la chair pour devoir vivre selon la chair. Car si vous vivez selon la chair, vous mourrez. Mais si par l'Esprit vous faites mourir les oeuvres du corps, vous vivrez. En effet, tous ceux qu'anime l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Aussi bien n'avez-vous pas reçu un esprit d'esclaves pour retomber dans la crainte; vous avez reçu un esprit de fils adoptifs qui nous fait nous écrier: Abba! Père! L'Esprit en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfants de Dieu. Enfants et donc héritiers ; héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ, puisque nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui. (Rm 8,12-17)

 

 

Conversion et guérison de l’âme

 

    Dieu nous a créés capables de le connaître - capax Dei  selon la belle formule latine - mais il faut que nous soyons délivrés du carcan étouffant de notre psychisme pour que nous puissions progresser dans les voies du Seigneur. Cette libération de notre esprit, ce sommet de l’âme, par lequel Dieu peut illuminer nos vies tout entières, n’est pas œuvre définitive sur cette terre et n’a rien de magique : elle exige une collaboration de tout instant qui s’accomplit dans une vie de conversion qui est guérison pour l’âme. Saint Paul met nettement en garde les Ephésiens au sujet de leur mode de vie : Je vous dis donc et vous adjure dans le Seigneur de ne plus vous conduire comme le font les païens, avec leur vain jugement et leurs pensées enténébrées: ils sont devenus étrangers à la vie de Dieu à cause de l'ignorance qu'a entraînée chez eux l'endurcissement du coeur, et, leur sens moral une fois émoussé, ils se sont livrés à la débauche au point de perpétrer avec frénésie toute sorte d'impureté. Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris le Christ, si du moins vous l'avez reçu dans une prédication et un enseignement conformes à la vérité qui est en Jésus, à savoir qu'il vous faut abandonner votre premier genre de vie et dépouiller le vieil homme, qui va se corrompant au fil des convoitises décevantes, pour vous renouveler par une transformation spirituelle de votre jugement et revêtir l'Homme nouveau, qui a été créé selon Dieu, dans la justice et la sainteté de la vérité. (Eph 4,17-19) Comme l’Apôtre l’enseigne encore aux Colossiens, il s’agit pour le chrétien de se renouveler sans cesse : Vous vous êtes dépouillés du vieil homme avec ses  agissements, et vous avez revêtu le nouveau, celui qui s'achemine vers la vraie connaissance en se renouvelant à l'image de son Créateur. (Col 3,9-10) Et dans sa lettre aux Romains, saint Paul montre que ce renouvellement intérieur est essentiel au culte spirituel : Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu, à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu: c'est là le culte spirituel que vous avez à rendre. Et ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait.(Rm 12,1-2)

     Ce renouvellement, fruit d’une vie de conversion et d’ouverture à la grâce, est la véritable guérison de l’âme que doit rechercher le chrétien. Elle diffère de l’épanouissement personnel prôné par les thérapies en vogue, fondées sur des conceptions de l’homme tout à fait étrangères sinon contraires à la sagesse chrétienne. Elle diffère également de la recherche d’expériences spirituelles susceptibles de nous arracher à notre quotidien si souvent pesant et décevant. Au IVe siècle déjà, le messalianisme "identifiait la grâce de l’Esprit-Saint avec l’expérience psychologique de sa présence dans l’âme. S’opposant à eux, les Pères insistèrent sur le fait que l’union de l’âme orante avec Dieu s’accomplit dans le mystère, en particulier à travers les sacrements de l’Eglise. Elle peut ainsi se réaliser jusque dans des expériences d’affliction et aussi de désolation. " (Congrégation pour la doctrine de la foi, Quelques aspects de la méditation chrétienne, 15 X 1989)

     Dieu, par le glaive à deux tranchants de sa Parole, douce à la bouche comme le miel (cf Ez 3,3) pour apaiser, et amère aux entrailles (cf Ap 10, 9) pour purifier, viendra nous rendre la santé de l’âme, si nous sommes fidèles à vivre de sa grâce, par la prière et les sacrements. Ce n’est ni herbe ni émollient qui leur rendit la santé, lisons-nous dans le Livre de la Sagesse, mais ta parole, Seigneur, elle qui guérit tout (Sg 16,12)

 

 

Corps de chair animé par l’Esprit

 

     Pour que la libération de l’esprit par la grâce et la guérison de l’âme puissent porter tous leurs fruits dans nos vies d’enfants de lumière (cf. Jn 12,36), il nous faut descendre toujours davantage en nous-même, en ce centre que la Bible appelle encore cœur (kv Dt 6,5 // Mt 22,37) ; ce lieu des choix décisifs, source de notre personnalité consciente, intelligente et libre qu’il ne faut pas confondre avec l’émotivité, l’affectivité ni le sentiment, ni encore l’intellect et la raison. La prière du cœur, cherchant à unir le souffle vital au souffle divin, permet de descendre au plus profond de nous-même, de découvrir ce cœur profond, ce lieu méconnu, peut-être même fermé par nos peurs, nos blessures, et auquel Dieu nous donne accès, par sa grâce, pour accueillir le don de sa vie en plénitude. N’ayez pas peur, nous dit le Ressuscité qui vient rouler les pierres qui ferment nos cœurs ! Et c’est dans notre cœur que nous pouvons entendre le Saint-Esprit, nous murmurer, selon les paroles de saint Ignace d’Antioche : Viens vers le Père.

     Il s’ensuit alors que notre corps lui-même est comme replacé dans la perspective du salut pour devenir corps de chair animé par l’Esprit. Car, c’est à la personne en son entier que Dieu veut, par l’Esprit-Saint, communiquer lumière et vie. A la différence des religiosités orientales qui font tant de ravages aujourd’hui, le corps, dans la démarche spirituelle chrétienne, ne se trouve pas exclu ni dématérialisé, mais il est appelé à être glorifié. En effet, le corps, en tant que tel, n’est pas opposé à l’esprit et à la lumière de la Résurrection, au contraire, il est destiné à être investi par l’Esprit et à devenir spirituel. L’opposition de la chair à l’esprit, sur laquelle un christianisme mal éclairé a trop insisté, ne vient pas premièrement de la matérialité du corps, mais du manque de vigueur de l’esprit et de la résistance de l’être psychique à obéir à l’esprit.

     Devenus Temple du Dieu vivant par l’Esprit (cf 2 Co 6,16 ; 1 Co 3,16-17), nous pouvons prendre notre place dans l’édification du Temple Saint, dans le Seigneur (Ef 2,21), intégrés dans la construction, pour devenir une demeure de Dieu dans l’Esprit (Ibid. 22). Il nous devient possible de discerner le Corps (1Co 11,29) et de communier au Christ vivant dans son Eglise, Corps du Christ duquel nous sommes les membres. Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ, dira saint Paul aux Corinthiens  ? (1Co 6,15)

     Dépassant toute tentative illusoire de représentation naturaliste, les icônes traditionnelles cherchent à manifester l’illumination intérieure des corps transfigurés par la gloire. La Jérusalem céleste des visions de l’Apocalypse n’a plus besoin de l’éclat du soleil ni de la lune, car la gloire de Dieu l’a illuminée et l’Agneau lui tient lieu de flambeau (Ap 21,23). Les serviteurs de Dieu y verront sa face (Ibid. 22,4 /cf. 2 Co 3, 18). De nuit, il n’y en aura plus, ils se passeront de lampe ou de soleil pour s’éclairer, car le Seigneur répandra sur eux sa lumière, et ils règneront pour les siècles des siècles(Ap 22,3-5)

     Vous êtes lumière du monde, dit Jésus à ses disciples, rajoutant que leur lumière doit briller devant les hommes (Mt 5,14.16). Comme en réponse au souhait de Jésus disant : Je suis venu jeter un feu sur la terre et comme je voudrais que déjà il fut allumé (Lc 12,49), nous pouvons dire avec saint Colomban : O Christ, daigne allumer toi-même nos lampes, toi notre Sauveur plein de douceur, fais-les brûler sans fin dans ta demeure, et recevoir de toi, lumière éternelle, une lumière indéfectible. Que ta lumière dissipe nos propres ténèbres, et que par nous elle fasse reculer les ténèbres du monde. 

 

 

Pour une culture de vie

 

     Nous le voyons, Dieu, si nous accueillons sa grâce, peut vivifier notre être tout entier et, ce-faisant, il vient guérir et restaurer nos familles et la société humaine. Nous croyons que, sous le manteau de sainte Anne, héritière des promesses de l’Alliance et mère de la Mère du Sauveur, Dieu veut nous communiquer sa gloire et susciter un peuple renouvelé. "Grâce à l’œuvre du Saint Esprit dans leurs cœurs, les croyants de toute langue et de toute culture peuvent désormais prendre part au mystère du mariage de Dieu avec l'humanité, entrer en communion dans le lien pur de la charité (cf. Col 3,14). En louant Dieu par toutes les vertus de leur culture purifiée et fécondée par la semence de l'Evangile, ils peuvent le glorifier par toutes les capacités de leur vie humaine. Grâce à la culture chrétienne vécue sous la motion de l'Esprit de Pentecôte, ils sont en mesure de s'ouvrir à l'amour de Dieu dans tous les do­maines de leur vie. Avec l'envoi de l'Esprit en ces derniers jours se trouvent accomplis, en vérité, la parole de Joël (cf. Ac 2,17) et les autres prophéties de la Première Alliance annonçant un monde réconcilié avec Dieu (cf. Za 14, 20), et les chrétiens peuvent désormais célébrer Dieu en faisant toute chose toujours au nom du Seigneur Jésus, rendant par lui grâce au Dieu Père ! (Col 3,17) Grâce à l'inculturation de la foi, fruit de travail de l'Esprit au cœur des fidèles, tout homme peut faire de sa vie entière une célébration d'action de grâce au Dieu Créateur et Sauveur. Et tout peuple est appelé à célébrer le don de la vie nou­velle selon son génie propre et à apporter sa voix au Chant des Peuples qui doit s'élever de toute la terre." (Extrait de Kan ar Pobloù de Tiegezh Santez Anna)        

Benead+

 

 

 

 

 

"Ar yezh hag ar gwiskamant eo daou lestr-sakr ar feiz e Breizh."

An Aotrou Dubourg, arc'heskob Roazhon

 

"La langue et le costume sont les deux ciboires de la foi bretonne." 

Mgr Dubourg de Rosnay, archevêque de Rennes

 

 

Boudig o tarnijal

 

 

Tennet eus hanezadur ar Vouster

C’Hwevrer 2010. D’ar Sul 14. Devezh emvod ar Genunaniezh e Lann-Anna gant an amzer rip met kaer evit degemer an dud. Goude tinellig e krogomp gant an endervezh o kanañ da gentañ meuleudioù da Zoue a-raok komzidigezh Benead a ginnig levrennig Maodez Glanndour Ar Bedenn evit ar Vro o lenn hag oc’h addisplegañ ar Galv d’an holl Vretoned ma ro dimp ar beleg brogarour da veizañ pouez ar bedenn evit Breizh nad "a ket war wellaat” emezañ e 1952. Petra a lavarfe hanter kant vloaz war-lerc’h ? Ha pediñ a reomp evit hor bro ?

D’ar Yaou 18. Devezhiad labour-vras e Lann-Anna. Troc’hañ koad eo  zo bet graet hiziv. Setu ur bern keuneud evit ar fornigell ! Hag un droiad kaer d’en em adkavout el levenez. Deuit, c’hwi ivez, ar wezh a zeu !

Meurzh. Dar Sul 14. Da-geñver devezh emvod ar Genunaniezh e teskomp gant Jelvestr dezerc’hañ un tamm eus an Aviel hervez hentenn an Tad Jousse. Plijus ha magus ; kendalc’het e vo !

Ebrel. D’ar Sul 11. Kejadenn ar Genunaniezh. Padet eo tinellig pelloc’hik eget boaz dre ma’z omp niverus an taol-mañ. A-benn ar fin en em gavomp er chapel dirak skeudenn ar C’Hrist Trugarezus evit ur gelennadenn. Goude bezañ kanet ar gousperoù e tistroomp da Lann-Anna Uhel evit merenn-vihan. Bennozh da Zoue evit an devezh kaer-mañ !

D’ar Sul 18. Ur bourmenadenn gant Katell en enderv-mañ. Da gentañ ez eomp betek chapel s. Herbod e Plonevez-ar-Faou. Meurdezus koulz an diabarzh hag an diavaez gant ar c’hañsell ha bez ar sant. Ac’hano e tiraezomp chapelig s. Gwenole e Koloreg a gavomp serret. War ar geot, en he c’hichen e pakomp ur banne kafe en ur fistilhat pellik amzer… ha setu paotr an alc’hwez o tegouezhout hag o reiñ tu dimp da ganañ ar gousperoù er chapel. Echuiñ a reomp hon troiadig o weladenniñ, war barrez Plonevez, chapel s. Kler, eskob kentañ Naoned. Chomet e vefemp pell c’hoazh o selaou Jo, deuet da zigeriñ dor ar chapel bet ratreet nevez zo ha dalc’het a-zoare gant ur gevarzhe m’eo eñ ar c’hadoriad anezhi.

Mae. D’ar Sul 9. Devezh Feiz ha Sevenadur ar Genunaniezh o vont da zizoleiñ un tamm eus Bro-Bourled. Gweladenniñ a reomp da gentañ chapel I.V. Krenenan, ul lec’h pirc’hirinañ a-bouez er c’hornad. Itron Varia Krenenan, gwarantet-ni doc’h ar gurun ha doc’h an tan ! Pelloc’hik, e Lokmac’hloù e tizoloomp flondrenn an teir chapel, o zeir kichen-ha-kichen, hini s. Tujen, hini s. Diboan, ha gwezhall chapellig s. Gurloes bet diskaret. Eno e kont dimp Jelvestr istor sant Diboan pe Abibon, mab s. Gamaliel. Hag en em gavomp en iliz s. Maloù evit kanañ ar gousperoù.

 

 

Extrait des chroniques du Moustoir

 

Février 2010.

Dimanche 14. A Lann-Anna, journée de réunion de la Communion qui nous nous rassemble par un temps froid mais clair. Après le pique-nique, nous commençons l’après-midi par un temps de louange, avant la causerie de Benead qui présente le livret de Maodez Glanndour Ar Bedenn evit ar Vro en lisant et commentant l’Appel à tous les Bretons où le prêtre, fervent breton, expose l’importance de la prière pour la Bretagne "qui ne va pas en s’améliorant” disait-il en 1952. Que dirait-il cinquante ans plus tard ? Prions-nous pour notre pays ?

Jeudi 18. Journée de chantier à Lann-Anna. Il s’agissait aujourd’hui d’abattre quelques arbres. Voilà un beau tas de bois pour le fourneau ! Et une bonne occasion de se retrouver dans la joie... Venez-vous aussi la prochaine fois !

Mars.

Dimanche 14. A l’occasion de la journée de la Communion, Sylvestre nous apprend à gestuer un passage de l’Evangile selon la méthode du Père Jousse. Plaisant et nourrissant ; à poursuivre !

Avril.

Dimanche 11. Rencontre de la Communion. Le pique-nique dure un peu plus que d’habitude du fait du plus grand nombre de participants. Nous nous retrouvons à la chapelle pour un enseignement devant l’icône du Christ Miséricordieux. Après avoir chanté les vêpres nous rejoignons Lann-Anna d’en haut – uhel- pour le goûter.

Dimanche 18. C’est après-midi, promenade avec Katell. Nous allons tout d’abord jusqu’à la chapelle St-Herbot de Plonevez-du-Faou. Splendide aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur avec le chancel et la tombe du saint. De là, nous gagnons la petite chapelle St-Guénolé de Collorec que nous trouvons fermée. Alors, nous nous installons tout à côté, sur l’herbe, pour prendre un café en bavardant le temps qu’il faut… Et voici le gardien de la clef qui arrive et nous permet de chanter les vêpres dans la chapelle. C’est à Plonevez que nous terminons notre petit périple, par la chapelle St-Clair, premier évêque de Nantes. Nous serions restés longtemps encore écouter Jo qui nous a ouvert la chapelle récemment restaurée et très bien entretenue par une association dont il est président.

Mai.

Dimanche 9. Journée Foi et Culture de la Communion qui nous entraîne à la découverte d’une partie du Pays-Pourleth. Nous visitons tout d’abord la chapelle de N.D. de Crénénan, lieu de pèlerinage important dans la contrée. Un peu plus loin, sur Locmalo, nous découvrons le vallon des trois chapelles, côte à côte, celle de St-Tugen, de St-Diboan et autrefois celle de St-Urlo aujourd’hui détruite. Sylvestre nous conte l’histoire de saint Diboan ou Abibon, fils de saint Gamaliel. Et nous nous retrouvons dans l’église St-Malo pour chanter les vêpres.

 

 * * *

           

 

 Laouen eo Tiegezh Santez Anna ouzh ho pediñ

d'un devezh gouel evit lidañ santez Anna hor Paeronez 

e Lann-Anna

 

d'ar Sul 25 a viz Gouere 2010

 

 

 

Tiegezh Santez Anna est heureux de vous inviter

à venir fêter sainte Anne notre Patronne 

à Lann-Anna 

le dimanche 25 juillet 2010

 

 

Titouroù / Renseignements : 02 97 34 54 97       Lann-Anna@sfr.fr

 

 

Da 11 eur e krogo gant an Oferenn lidet en hor chapelig.

   Arabat termal da zont gant gwiskamantoù breizhek

a vo benniget e dibenn an oferenn ! 

Da c'houde en em gavimp evit an tinellig lodennet, war al leton pe goudoret, hervez an amzer. E-doug ar pred, roit da dañva ivez son ho pinvioù seniñ hag ho kanaouennoù (e brezhoneg evel just !)

Diouzh an abardaez : prantad pediñ er chapel adalek teir eur, gousperoù war-dro peder eur hag e echuimp gant merenn-vihan (lodennet e vo ar gwestell !)

 

Rendez-vous à 11h, pour la Messe célébrée dans notre petite chapelle

         N'hésitez pas à venir en costumes bretons qui seront bénis à la fin de la messe ! 

Puis, nous nous retrouverons pour le pique-nique partagé, sur l'herbe ou sous abri, selon le temps. Durant le repas, faites goûter à vos talents de musicien ou de chanteur (en breton bien sûr!).

L'après-midi : temps de prière à la chapelle à partir de trois heure, vêpres vers quatre heures, suivies du goûter (nous partagerons les gâteaux !)            

 

 **************

 

 

 

Kendalc’homp gant

Gwezhiadenn David !

 

 

  David2.gif  " Hag evel ma talc’he ar Felishtiad da gerzhout ha da dostaat a-ziarbenn David, e hastas David redek,war-zu an talbenn, etrezek ar Felishtiad. Hag e kasas David e zorn d’e sac’h, hag e kemeras dioutañ ur maen, a vatalmas,  a skoas gant ar Felishtiad ouzh e dal. Sankañ a reas ar maen en e dal, hag e kouezhas war e zremm d’an douar. " 1 Shmouel 17, 48-49

 

     Mignoned vat eus Tiegezh Santez Anna,

 

     Ho trugarekaat a fell dimp ha ganeoc’h trugarekaat an Aotrou rak, evel David, hoc’h eus kaset buan ho torn d’ho sac’h da-geñver Gwezhiadenn David ha dre-se eo bet faezhet hon Golyad ! Hag el lec’h ma ne oa mui nemet rivinoù goloet gant iliav ha drez e weler hiviziken hor c’hoant a chapelig Santez-Anna hag ouzhpenn-se, a drugarez d’ho profoù, eo kroget mat ivez gant al labourioù. war an ti-bihan rivinet a-dal dezhi !

 

"Argadiñ a rae ofiserion ar Felishtiz, hag a-feur ma’z argadent, e rae berzh David, muioc’h eget servijerion Shaoul, hag e voe prizet e anv meurbet. " 1 Shmouel 18,30 

 

     Gouzout a rit pegen krennus eo al labourioù-se evit dazont Lann-Anna ! Bennozh Doue deoc’h c’hoazh evit ho pedennoù hag ho profoù hon eus bet drezo an trec’hioù-se ! Koulskoude n’eo ket echu ar stourm hag e rankomp kenderc’hel gant al labourioù ha taliñ neuze ouzh dispignoù nevez c’hoazh evit ma vo degemerusoc’h ha arc’hwelekoc’h Lann-Anna da obererezhioù ar Vreuriezh hag ar Genunaniezh.

 

"Hag e voe gantañ war-dro pevar c’hant den." 1 Shmouel 22,2 

"Hag e reas David evel m’en devoa gourc’hemennet dezhañ an Aotrou, hag  e skoas gant ar Felishtiz… "  2 Shmouel 5,25

 

     Kenderc’hel a reomp neuze gant Gwezhiadenn David ha drezi ho pedomp c’hoazh d’hon harpañ dre ar bedenn ha d’ober ur prof brokus evit diorren oberenn Lanna-Anna e servij Rouantelzh Doue e Breizh.

     Digristenidigezh, digravezaidigezh, enkadenn an tiegezh, sed ar Felishtiz a rankomp stourm outo hiziv an deiz. Emezelit da lu ar 400 a stourmo dindan mantell santez Anna !

 

"Hag e vo adsavet ar rivinoù kozh, an dismantroù a-ziagent laket en o sav, adkempennet ar c’hêrioù rivinet, dismantroù kantvedoù ha kantvedoù." Yeshaia 61, 4      

 

    Tra ma klever anv muioc’h-mui eus diskefridiañ chapelioù ha zoken kas d’an traoñ ilizoù, e oa ret bezañ un tammig droch moarvat evit sevel ur chapel er Menezioù Du. Soñjal a ra dimp koulskoude ned eo an tamm savadur-mañ nemet ur skeudenn brofedel eus an adsav emañ an Aotrou Doue o tanzen e Breizh gant ar re a laka o fiziañs ennañ. Dindan matell santez Anna emañ ouzh hor c’houviañ da vont gant adnevezidigezh ar Spered Santel evit dont da vezañ testoù Silvidigezh Doue a sav en-dro an dud, an

tiegezhioù hag ar pobloù ; emañ c’hoazh ouzh hon gervel da vont tre e lid ar C’hefle, ha ni gwriziennet en hor stuzegezh hag e Dazroadur an Iliz, troet d’ar gefridi ha roet da unvanidigezh ar gristenion.

 

"Hag evel ma ra an douar boutañ e gellidoù, evel ma ra ul liorzh d’an hadoù diwanañ , evel-se e ray an Aotrou Doue kellidañ ar reizhded hag ar veuleudi dirak an holl vroadoù. " Yeshaia 61,11

                                                                                                  

    Dre m’emañ Lann-Anna en arempred ar gaer a gefrifi-mañ, en ho pedomp da emezelañ e lu ar 400 den prest da sevel a-benn gounit an dae-se evit Rouantelezh Doue e Breizh. En hor grez ma weler ar feiz kristen e Breizh evel o weñviñ, e vo evit gwir un trec’h war an enebour hag e welomp endeo emañ al lec’hioù-mañ o tegas goanag, frankiz ha buhez evit kalz a dud.

 

                          Benead hag ar Vreuriezh annezel 

 

 Kemeromp perzh!

 

 

SG. Arabat termal da vont e darempred ganimp (lann-anna@sfr.fr pe 02 97 34 54 97) ma fell deoc’h kaout muioc’h a zitouroù rak ne c’hellomp ket lavarout hiroc’h amañ abalamour d’an diouer a lec’h..

 

 

 

Poursuivons

l’Opération David !

  

 David2.gif

 

 

 " Tandis que le Philistin s’ébranlait pour affronter David et s’approchait de plus en plus, David courut à toute vitesse pour se placer et affronter le Philistin. David mit prestement la main dans son sac, y prit une pierre, la lança avec la fronde et frappa le Philistin au front. La pierre s’enfonça dans son front et il tomba la face contre terre" 1 Samuel 17, 48-49

 

     Chers amis de Tiegezh Santez Anna,

 

     Nous voulons vous remercier et avec vous remercier le Seigneur car, comme David, vous avez mis prestement la main dans votre sac dans le cadre de l’Opération David  et ainsi, nous avons abattu notre Goliath ! En effet,  là où il n’y avait que ruines couvertes de lierre et ronces, on peut voir désormais notre petite chapelle Sainte-Anne et, de plus, grâce à vos dons, les travaux ont bien démarré également sur la maisonnette ruinée d’en face !

 

"Les chefs des Philistins firent une sortie. A chacune de leurs sorties David remportait plus de succès que tous les officiers de Saül, de sorte que  son nom devint illustre." 1 Samuel 18,30 

 

     Vous le savez, ces réalisations sont décisives pour l’avenir de Lann-Anna ! Merci encore pour vos prières et vos offrandes qui nous ont permis de remporter ces victoires ! Cependant, le combat n’est pas terminé et il nous faut poursuivre les travaux et faire face à de nouvelles dépenses pour que Lann-Anna devienne plus accueillant et plus fonctionnel pour les activités de la Fraternité et de la Communion

 

"Il y avait avec lui environ quatre cents hommes." 1 Samuel 22,2 

"David agit comme le Seigneur le lui avait ordonné et il battit les Philistins… "  2 Samuel 5,25

 

     Nous poursuivons donc l’Opération David par laquelle nous vous invitons encore à nous soutenir par la prière et à faire une offrande généreuse pour le développement de l’œuvre de Lann-Anna au service du Royaume de Dieu en Bretagne.

     Déchristianisation, sécularisation, crise de la famille sont les Philistins contre lesquels nous devons lutter aujourd’hui. Rejoignez l’armée des 400 qui combattront sous le manteau de sainte Anne !

 

"Ils rebâtiront les ruines antiques, ils relèveront les restes désolés d’autrefois ; ils restaureront les villes en ruines, les restes désolés des générations passées." Isaïe 61, 4           

 

    Alors que l’on parle de plus en plus de désaffectation de chapelles et même de destruction d’églises, il fallait être un peu fou pour construire une chapelle dans ces Montagnes Noires. Mais nous croyons que cette réalisation n’est qu’une image prophétique du relèvement que Dieu prépare en Bretagne avec ceux qui mettent leur foi en Lui. Sous le manteau de sainte Anne, le Seigneur nous invite à nous laisser renouveler par l’Esprit Saint pour devenir témoins du Salut de Dieu qui relève les personnes, les familles et les peuples ; il nous appelle à entrer dans la célébration de l’Alliance, enracinés dans notre culture bretonne et dans la Tradition de l’Eglise, passionnés pour la mission dans un esprit d’unité entre les chrétiens.

 

"Oui, comme la terre fait sortir ses germes et un jardin germer ses semences, ainsi le Seigneur fera germer la justice et la louange face à toutes les nations. " Isaïe 61,11

                                                                                                  

    Parce que Lann-Anna est au service de cette belle mission, nous vous invitons à vous enrôler dans cette armée des 400 prêts à relever ce défi pour le Royaume de Dieu en Bretagne. Dans le contexte actuel où la foi bretonne semble s’étioler, il s’agit vraiment d’une victoire sur l’ennemi et nous voyons déjà que ces lieux sont porteurs d’espérance, de libération  et de vie pour beaucoup.

 

                             Benead et la Fraternité de Vie 

 

Participons à l'Opération David!

 

PS. N’hésitez pas à nous contacter (lann-anna@sfr.fr ou au :02 97 34 54 97) si vous désirez plus de détail car la place nous manque pour en dire plus. Vous pouvez cliquer ici pour imprimer le formulaire de participation 

 

 

 

 

Commenter cet article