Breizh da Jezuz - da heul...

Publié le par Tiegezh Santez Anna

An droug, ha kiriegezh ar gristenien

Diwar ur brezegenn eus an Ao. Negri,

Eskob San-Marino (27/05/2011).

 

     "Emañ ar miled en hon touesk. E kreiz ar vuhez pemdeziek e kaver feulster. Feulster ouzh an holl, da gentañ-penn ouzh ar vugale, en doare spontusañ ha distroetañ, implijet muioc’h-mui evel trae-zoù ; feulster ouzh strolladoù kevredigezhel bihanniverek a nac’h en em genemprañ e buhez ar gevredigezh feuls. Hag aze e tigorer pennad spontus ar gasoni e-keñver ar gristenion hag e-keñver arouezioù an hengoun kristen er broioù dezho ur muianiver nann-kristen ; ar feulster ouzh ar re nammet, ar re glañv ; ar feulster reizhabeget e meur a zegouezh gant re a "skiant fall", enep buhez mab-den ha dihegerzded frammadurel houmañ da nep galloud den.

     E seurt troziadezh eus hor bed, en em c’houlennoomp hag eñ n’eus ket un tamm kiriegezh ganimp-ni ar gristenion. Erbediñ a ran pep hini da lenn levr dreistordinal Jacques Maritain, "Le Paysan de la Garonne", ur c’hendaolad dreisanezhañ a-benn kompren istorvezh diaesterioù an Iliz er bloavezhioù 50 eus ar c’hantved diwezhañ betek hiziv. Hervez Maritain, ez eo fazi pennañ ar gristenion bezañ daoulinet dirak ar bed. "En ur wrimenn ledan eus ar gloer hag al liked, met eus ar gloer eo e teu ar skouer, a-boan ma vez distaget ar ger bed e tremen  ur skleurenn c’hoursav e daoulagad ar selaouerion. " Daoulinañ dirak ar bed a dalvezas hag a dalvez c’hoazh evit kalz kristenion, kement ha bezañ lodek bras er mennozh a gred e madelezh naturel mab-den hag ar bed.

     Mard eo mat an den en e frammadur, neuze n’eus mui ezhomm tamm ebet eus an daspren. Lakaet e vez ar gristenion gant ur meskaj a belagourizh, a vanikeegezh hag a gataeregezh da zegemer denoniezh ar bed hep ensav dezvarn ebet. Kollet eo bet gwirionez ar pec’hed a orin, bet kaelet e domani ar wengelourizh, ha diroudet e vez bevennoù mab-den davet domani ar strafuilhoù bred, danvez mezegerzh bredelfennel anezho a zeuio a-benn d’o c’harzhañ a-grenn.   Kendaolet hon eus, ni zoken kristenion, en damkan hag er pleustr da seurt "angwerc’helouriezh  denoniel" m’en deus komzet Yann-Baol II ken alies ha gant kement a gantrated war eh divoud.

     Hogen, mard eo mat ar bed ent frammadurel, ha mard eo istor an denelezh kement ha hini un araokaat peuryaek, zoken ma vez kaset da benn a-gammedoù, petra eo neuze arc’hwel an Iliz ? Steuziañ kuit diouzh ar bed evit ma c’hello ar bed, hep arbennadur a-ziavaez, tizhout e azvded klok ?

     Disheñvel krenn eo pezh zo bet lakaet en hor c’halon, ha bet roet evel evel atebegezh dirak Doue d’hor c’hreizon, d’hor c’halon ha da istor mab-den. Nevezinti buhez mab-den end-eeun eo ar C’Hrist hepmuiken –ma voe ha ma vez erouezet ennañ da vat trugarez Doue – hag a zegemer an den, en dieub diouzh e zroug don, hag en laka da gerzhout war un hent a wirionez, a gened, a vadelezh hag a reizhded. Tavedek omp bet, eleze n’eus ket bet testoù ac’hanomp, testoù eus ar wirionez hag eus an dieubidigezh. N’eus nemet un testeni uvel ha kadarn eus ar C’Hrist a c’hell kejañ ouzh an den a hiziv evel an den eus an holl amzerioù : e sklêrijenn dremm ar C’Hrist e tifluk holl yaegezh didrec’hus kalon mab-den, met ivez an tech diblegus d’an droug ha d’ar gasoni, un azon hemañ eus kalon mab-den. Ezhomm en deus an den da vezañ desavet. Un elfen desaverezh pennañ ez eo an testeni kristen a ro lañs, drezañ e-unan, d’ur vuhez denel yaekoc’h ha gwelloc’h war an douar. MA chom tavedek an Iliz, ma ne gemenn ket Jezuz-Krist, ma ne ampleg ket rezid mab-den e darvoud meur ar silvidigezh kristen, e vez aesaet neuze gant seurt diouer skignerezh an droug e kalon an den hag ar gevredigezh. "

 

* Le mal, et la responsabilité

des chrétiens

 

 Extrait d’une homélie de Mgr Negri, évêque de San Marino (27/5/2011)

 

     "Les bêtes sont parmi nous. La violence s'inscrit dans le cadre de la vie quo-tidienne. Violence sur tous, avant tout sur les enfants, de la façon la plus terrible et détournée, utilisés de plus en plus comme des objets; violence sur des groupes sociaux minoritaires qui refusent de s'insérer dans la vie de la société violente. Et là s'ouvre le terrible chapitre de la haine envers les chrétiens et envers les signes de la tradition chrétienne dans les pays à majorité non chrétienne; la violence contre les handicapés, les malades; la violence, dans de nombreux cas justifiée, par trop de "mauvaise science", contre la vie humaine et son indisponibilité structurelle à tout pouvoir humain.

     Demandons-nous si, dans cette perversion de notre monde, nous les chrétiens, nous n'avons pas une certaine responsabilité. Je recommande à chacun de lire le livre extraordinaire de Jacques Maritain, "Le Paysan de la Garonne", contribution majeure à la compréhension de l'histoire et des dif-ficultés de l'Eglise depuis les années 50 du siècle dernier jusqu'à aujourd'hui. Selon Maritain, l'erreur fondamentale des chrétiens, c'est de s'être mis à genoux devant le monde. "Dans une large frange du clergé et du laïcat, mais l'exemple vient du clergé, à peine le mot "monde" est-il prononcé qu'une lueur d'extase passe dans les yeux des auditeurs". S'agenouiller devant le monde a signifié, et signifie encore pour de trop nombreux chrétiens, partager largement l'idée de la bonté naturelle de l'homme et du monde.

     Si l'homme est structurellement bon, alors il n'y a absolument pas besoin de rédemption. Un mélange de pélagianisme, de manichéisme et de catharisme amène les chrétiens à accepter l'anthropologie du monde sans aucune instance critique. On a perdu la vérité du péché originel, confiné au domaine de la mythologie, et les limites de l'homme sont détournés vers le domaine des troubles psychologiques, objets de thérapies psychanalytiques qui finiront par les éliminer totalement. Même nous, chrétiens, nous avons apporté notre con-tribution, théorique et pratique à cet "irréalisme anthropologique" dont a parlé si souvent et avec tant de pertinence Jean-Paul II.

     Mais si le monde est structurellement bon, et si l'histoire de l'humanité est celle d'un progrès définitivement positif, même s'il se réalise progressivement, alors quelle est la fonction de l'Eglise ? Celle de disparaître du monde, afin que le monde puisse, sans objection de l'extérieur, atteindre sa pleine maturité?

     Tout autre est ce qui nous a été mis au cœur, et donné comme responsabilité devant Dieu à notre conscience, à notre cœur et à l'histoire de l'humanité. En effet, la nouveauté de la vie de l'homme est le Christ seul - en qui s'est rendue et se rend définitivement présente la miséricorde de Dieu - qui accueille l'homme, le libère de son mal profond, et le fait marcher sur un chemin de vérité, de beauté, de bonté et de justice. Nous avons été silencieux, c'est-à-dire que nous n'avons pas été des témoins, témoins de la vérité et de la libération. Seul un témoignage humble et sûr du Christ rencontre l'homme d'aujourd'hui comme l'homme de tous les temps: à la lumière du visage du Christ émerge toute l'inexorable positivité du cœur humain, mais émerge aussi la tendance inexorable au mal et à la haine qui caractérise le cœur humain. L'homme a besoin d'être éduqué. Le témoignage chrétien est un facteur fondamental d'éducation qui favorise, par son être même, une vie humaine plus positive et meilleure sur la terre. Si l'Eglise reste silencieuse, n'annonce pas Jésus-Christ, n'implique pas la liberté des hommes dans le grand événement du salut chrétien, alors cette absence favorise la propagation du mal dans le cœur de l'homme et de la société."

 

****************************************

****************************************

 

      Gwezhiadenn David !

 

Ho trugarekaat a fell dimp ha ganeoc’h trugarekaat an Aotrou rak, a drugarez d’ho profoù, eo kroget mat gant al labourioù. war an ti-bihan rivinet a-dal da chapelig santez Anna e Lann-Anna!

Gouzout a rit pegen krennus eo al labourioù-se evit dazont Lann-Anna ! Bennozh Doue deoc’h c’hoazh evit ho pedennoù hag ho profoù !

Koulskoude n’eo ket echu ar stourm hag e rankomp kenderc’hel gant al labourioù ha taliñ neuze ouzh dispignoù nevez c’hoazh evit ma vo degemerusoc’h ha arc’hwelekoc’h Lann-Anna da obererezhioù ar Vreuriezh hag ar Genunaniezh.

Kenderc’hel a reomp neuze gant Gwezhiadenn David ha drezi ho pedomp c’hoazh d’hon harpañ dre ar bedenn ha d’ober ur prof brokus evit diorren oberenn Lanna-Anna e servij Rouantelzh Doue e Breizh.

 

Grit un treuzvankadenn war gont Tiegezh Santez Anna,  KRP ROAZHON  

 bank 20041     advank 01013     kont 0531398D034,        alc'hwez 53

Pe c’hoazh, kasit ur chekenn e gourc’hemenn Tiegezh Santez Anna. àDa gas en-dro da  Tiegezh Santez Anna, Lann-Anna, Ar Vouster  56110  Roudoualleg.

**************************************

 

………..Opération David !

 

     Nous voulons vous remercier et avec vous remercier le Seigneur car, grâce à vos dons, les travaux ont bien démarré sur la maisonnette ruinée en face de la petite chapelle sainte Anne de Lann-Anna !

     Vous le savez, ces réalisations sont décisives pour l’avenir de Lann-Anna ! Merci encore pour vos prières et vos offrandes !

     Cependant, le combat n’est pas terminé et il nous faut poursuivre les travaux et faire face à de nouvelles dépenses pour que Lann-Anna devienne plus accueillant et plus fonctionnel pour les activités de la Fraternité et de la Communion. 

     Nous poursuivons donc l’Opération David par laquelle nous vous invitons encore à nous soutenir par la prière et à faire une offrande généreuse pour le développement de l’œuvre de Lann-Anna au service du Royaume de Dieu en Bretagne.

 

Faites un virement sur le compte de Tiegezh Santez Anna, CCP RENNES   

n° de banque 20041    bureau 01013   Compte 0531398D034     clé 53

Ou envoyez un chèque à l’ordre de Tiegezh Santez Anna.

 à A renvoyer à :                       Tiegezh Santez Anna, Lann-Anna, Ar Vouster

 56110 Roudoualleg

***********************************************

Publié dans Breizh da Jezuz

Commenter cet article