Karta « FEIZ ha SEVENADUR BREIZH »

Publié le par Tiegezh Santez Anna

 

 

Lann-Anna.jpg 

Kristen a skrivas dimp d'ar sul 16 a  viz  Mae 2010 -

Kristen nous a envoyé le postel qui suit, le 16 Mai 2010 :

 

 

" Sinet eo bet hiziv gant an eskob Lukian Fruchaud, da geñver Pardon bras Sant Erwan e Landreger, karta nevez ar sevenadur en Iliz katolik; roet eo bet d'ar c'hengor "Feiz ha sevenadur Breizh" e eskopti. Komzoù pouezhus evit hor bro, ha labour da ober bremañ...

Mgr Lucien Fruchaud a signé une nouvelle Charte pour la "Foi et la culture bretonne" qui intéresse tout son évêché, à l'occasion du grand Pardon de saint Yves 2010 à Tréguier. Un texte fort à méditer par chacun, chaque mouvement ou responsable d'Eglise, un chemin d'action en perspective... Faisons-lui bon accueil.  "

 

Setu amañ testen ar c'hartenn-se, bet embannet e brezhoneg hag e galleg

Voici le texte de la charte, qui fut publiée en breton et en français

 

 

 

*

 

KARTA

« FEIZ ha SEVENADUR BREIZH »

 

*

 

 

Amañ en eskopti Sant Brieg ha Landreger, evel e-lec’h all en Europa ha dre ar bed, emañ an dud o klask ur gwriziennadur diles en ur c’houzout na dremen ket unanelezh an denelezh dre an unseurtelezh.

 *

 

Ar gristeniezh e Breizh a gav ar pennañ eus he gwrizioù en enezenn Vreizh (Breizh-Veur a-vremañ), kristenaet endeo a-raok an divroadeg d’an Arvorig, evel ivez e Bro-Iwerzhon, maz eo deuet ac’hane ar sent diazezerien-se a adkaver en hon anvioù-lec’h, e delwennoù ha dedioù hon ilizoù, chapelioù foran ha feunteunioù. Kêrioù ha kêriadennoù a zegas dimp soñj anezho: St-Brieg, St-Maloù, St-Fragan, St-Mewen, h.a...

 *

 

Evel-se eta, holl gristenien hon eskopti, brezhonegerien pe nann, a zle kaout an tu da gavout o spisverkoù ha d’en em binvidikaat kenetrezo hiziv dre addizoleiñ a zadoù er Feiz hag o sevenadur. An Iliz en ur dalvoudekaat ar pezh a zle da sevenadur Breizh ha d’he yezh, a sikour da bareañ poan ar re a zo bet gloazet ha dizoujet dre ma oa nac’het, dianavezet o fersonelezh donañ.

 *

 

 

Dleout eo anzav, en hon eskopti divyezhek, e vez kendivizet ivez er yezh vrezhonek. Ar yezh-vamm eo evit darn.

Darn all, goude bezañ he dilezet en o yaouankiz, a blij dezho hec’h adkavout en o oad-gour; kalz a reoù all c’hoazh a zibab deskiñ anezhi. Hiziv bugale ‘zo o stummadur e yezh an hendadoù-se e tri steudad-studi ar gelennadurezh (katolik ‘Dihun’, kevredik ‘Diwan’, publik ‘Divyezh’). Ar vugale-se a zizolo sevenadur Breizh, ha darn en o zouez a heuilh ar c’hatekizoù e brezhoneg, oc’h ober o gounid evel-se eus pinvidigezhioù diniver ar yezh-se.

 

 *

 

Lidoù a liturgiezh a-bezh pe lodennoù anezho a vez kaset da benn e brezhoneg ez-reoliek e darn eus tachadoù paskouriel an eskopti, ha bodañ a reont kristenien evit bodadegoù muioc’h-mui niverus, plijus ha degemerus.

 

 *

 

Evit respont d’ar gefridi-Iliz-se, em eus savet en eskopti ur c’hengor ‘Feiz ha sevenadur Breizh’ e 1995[1] hag ur Garta embannet e 2002 [2]. Deuet eo ar c’houlz da resisaat a-nevez amkanioù ar C’hengor-se hag evit kennerzhañ d’e lakaat da dalvezout da-gichen an holl dachadoù paskouriel, parrezioù, servijoù ha luskadoù an eskopti. An adkavoud-se eus hor gwrizioù en em ginnig evel un taol-chañs evit hon eskopti prederiet da vont davet pep unan eus e izili. E-giz-se eo e teuio da vezañ muioc’h-mui katolik, da lavarout eo digor d’an hollvedel.

 *

 

Ar garta-mañ a zo eta da vezañ kaset da holl gristenien eskopti St-Brieg ha Landreger, en e lodenn reter evel en hini gornog, holl heritourien eus ar re o deus graet dimp anaout an Aviel, evit ma vevint evel diskibled an Aotroù Krist.

 

 

Durc’hadennoù

 

Er saviad sevenadurel a-vremañ eus gortozoù hor c’hempredidi, ez omp galvet da brederiañ war an amplegadoù nevez eus kemennadenn an Aviel hag eus testeni ar gristenien. E kement-se, durc’hadennoù ar C’hengor “Feiz ha sevenadur Breizh” en em gav gant an hentad kinniget gant eskibien Vro-C’hall en o Lizher d’ar Gatoliged: “ En amplegadoù nevez-mañ, en ur zerc’hel kont eus gounidoù an hêrezh resevet, hon eus da zont da vezañ kinnigerien ar feiz”.[3]

 *

 

 

Ar C’hengor “Feiz ha sevenadur Breizh” a gav eno an teir durc’hadenn o termeniñ e gefridi:

 

*    fealded d’ar feiz resevet

*    digoridigezh da ginnigadoù nevez

       ar feiz

*    skoazell da intruduioù ar skipailhoù lec’hel

 

Evel kengor eskoptiel, e harp e brederiadennoù hag e obererezh war an durc’hadenoù paskouriel roet endeo ganin, ha war an teulioù diseurt eus an Iliz hollvedel a-zivout ar feiz hag ar sevenadur, ma vo talvoudus ober ar renabl anezho.[4]

 

 

Evit peseurt amkanioù?

 

Niveriñ a ran un nebeut amkanioù en devo ar C’hengor “Feiz ha sevenadur Breizh” ar gefridi da genderc’hel ganto [5]:

 

* Chom etre breudeur gant poblañs hon departamant, neket o vezañ estren dezhi, teurel evezh da reiñ tu dezhi da addizoleiñ pinvidigezhioù an andonioù kristen eus hec’h istor, hag evel-se he c’harout, he sevel, hec’h atizañ en hec’h enklask a ster hag a vreudeuriezh.

 

 

* Tennañ evezh an eskopti, an tachadoù paskouriel, ar parrezioù, al luskadoù ha servijoù war ar vuhez bevet hiziv en endro sevenadurel breizhek evit e lakaat e-barzh o c’hinnigoù paskouriel hag evit tennañ gounid anezho (Gouel Erwan, bennigadennoù ar mor, pardonioù, bodadegoù lazioù-kanañ, gouelioù sonerezh…)

 

 

* Dielfennañ, kompren al luskadoù sevenadurel-se, o gwriziennadur, o bevennoù, o chañsoù evit un avielañ nevez.

 

 

* Prederiañ war an emplegoù hag an araezioù paskouriel da lakaat da vont evit respont da ezhommoù ar re a glask bevañ o feiz dre ar sevenadur breizhek hag he lidañ en o yezh.

 

 

* Kinnig muioc’h a lidoù ha bodadegoù er yezh vrezhonek, e kement tra a zo aotreet el liderezh, ha kennerzhañ an dud ha skipailhoù, pergen en hor skolioù katolik a gemer ar garg anezho.

 

 

* Skoazellañ ar gelennerien c’hoant ganto luskañ ur sevenadur relijiel kristen gwirion e brezhoneg e-touez o skolidi, kement-mañ en doujañs d’ar spesadelezhioù a zo o re e pep rouedad a gelennadurezh.

 

* Reiñ d’ar veleien, diagoned ha laiked an araezioù da anavezout gwrizioù sevenadurel ha kristen hon eskopti, ma c’hallint o c’helenn goude e pep degouezh.

 

* Harpañ krouidigezh er yezh vrezhonek eus an teulioù andiouerus (Bibl, Leksional, Misal Roman ha Misal an eskopti, Ritualioù, dielloù e servij ar c’hatekizoù, levrioù-kantikoù, skridoù-sonerezh) hag o lakaat da vezañ skignet, ma vo tu da ginnig ar feiz, evit bezañ degemeret gant an dud, ha bezañ lidet en ofisoù (sakramantoù – obidoù – pardonioù) e brezhoneg.

 

* Lakaat war-wel yezh ha sevenadur Breizh e lec’hanvadurezh an eskopti hag ar parrezioù en ur harpañ strivoù an droidigezh.

 

 

                    Ar Garta-mañ a fizian da lakaat da dalvezout gant holl gristenien an eskopti, peurgetket gant personed ar parrezioù. Gant ar re a genlabour d’o c’harg paskouriel er Skipailhoù Buheziñ ar Parrezioù (EAP), eo dezho kemer an araezioù ar muiañ azasaet evit degemenn an Aviel d’ar re a zo bet fiziet enno gant an Aotroù Krist, Pastor hollvedel. E-lec’h ma vez komzet ha kelennet ar brezhoneg dreist-holl, o fediñ a ran, gant karantez paskouriel, da zegemer evel o re amkanioù ar C’hengor “Feiz ha sevenadur Breizh” evel maz int displeget dre ar Garta-mañ.

 

 

Hetiñ a ran e c’hallo hor C’hengor eskoptiel “Feiz ha sevenadur Breizh”oberiañ gant re an eskoptioù all e Breizh, evit reiñ da anaout Jezuz Krist embannet e pep yezh evel Aotroù evit gloar Doue an Tad. (Flp 2,11)

 

 

Karta roet e Landreger,

d’an 16 a viz mae 2010,

e deiz Pardon Sant Erwan

 

+An aotroù Lukian Fruchaud

Eskob Sant-Brieg ha Landreger

 


 

[1] Vie diocésaine n°17 eus an 6.10.1995

[2] Vie diocésaine n°7 eus an 11.04.2002

[3] Lizher da Gatoliged bro-C’hall, 1996

[4] Da skouer : kannad ar Pab Yann-Baol II war ar minorelezhioù (Kerzu 1988) pe e brezegenn en ONU war ar Peoc’h (10.10.1995)

[5] Vie diocésaine niv. 7 eus an 11.04.2002

 

 

 ...................................................

Lokmac-hlow-St-Diboan3.jpg

 

 

*

 

CHARTE

« FOI & CULTURE BRETONNE »

 

 *

 

 

Ici dans le diocèse de Saint Brieuc et Tréguier, comme ailleurs en Europe et dans le monde, les hommes sont en recherche d’un enracinement authentique sachant que l’unité du genre humain ne passe pas par l’uniformité.

 

Le christianisme en Bretagne trouve l’essentiel de ses racines dans l’île de Bretagne (ou Grande-Bretagne actuelle), déjà christianisée avant l’émigration en Armorique, ainsi qu’en Irlande, d’où sont originaires ces saints fondateurs que l’on retrouve dans notre toponymie, la statuaire, la dédicace de nos églises, chapelles publiques et fontaines. Villes et lieu-dits nous le rappellent : St-Brieuc, St-Samson, St-Malo, St-Fragan, St-Méen, etc….

 

Ainsi donc, tous les chrétiens de notre diocèse, brittophones ou non, doivent pouvoir trouver leurs repères et s’enrichir mutuellement aujourd’hui de la redécouverte de leurs pères dans la foi et de leur culture. L’Eglise en mettant en valeur  ce qu’elle doit à la culture bretonne et à sa langue contribue à guérir la souffrance de ceux qui ont été blessés et non respectés par la négation, la méconnaissance de leur identité profonde.

 

Il se trouve que dans notre diocèse bilingue, on s’exprime aussi en langue bretonne. C’est la langue maternelle de certains. D’autres, l’ayant abandonnée dans leur jeunesse, aiment la retrouver quand ils sont parvenus à l’âge adulte ; de nombreux autres encore choisissent de l’apprendre. Aujourd’hui des enfants reçoivent leur formation dans cette langue ancestrale dans les trois filières d’enseignement (catholique Dihun, associatif Diwan, public Div yezh). Ces enfants découvrent la culture bretonne, et certains parmi eux suivent la catéchèse en breton profitant ainsi des innombrables richesses de cette langue.

 

Des célébrations liturgiques partiellement ou totalement célébrées en langue bretonne sont organisées régulièrement dans certaines Zones pastorale du diocèse et réunissent des chrétiens pour des assemblées de plus en plus importantes, conviviales et ouvertes.

 

Pour répondre à cette mission d’Eglise, j’ai doté le diocèse d’une Commission « Foi et culture bretonne » en 1995[i] et d’une Charte promulguée en 2002[ii]. Le temps est venu de préciser à nouveau les objectifs de cette Commission et d’encourager leur mise en œuvre auprès de toutes les zones pastorales, paroisses, services et mouvements du diocèse. Cette redécouverte de nos racines s’offre comme une chance pour notre diocèse soucieux de rejoindre chacun de ses membres. C’est ainsi qu’il deviendra de plus en plus catholique, c’est-à-dire ouvert à l’universel.

 

Cette Charte est donc destinée à tous les chrétiens du diocèse de St Brieuc et Tréguier, en sa partie est comme en sa partie ouest, tous héritiers de ceux qui nous ont fait connaître l’Evangile,  pour qu’ils en vivent comme disciples du Christ.

  *

 

Orientations

 

Dans la situation culturelle actuelle des attentes de nos contemporains, nous sommes appelés à réfléchir aux nouvelles conditions de l’annonce de l’Evangile et du témoignage des chrétiens. En cela les orientations de la Commission «  Foi et culture bretonne » rejoignent la démarche proposée par les évêques de France dans leur Lettre aux Catholiques : « Dans ces conditions nouvelles, tout en demeurant les bénéficiaires de l’héritage reçu, nous avons à devenir les proposants de la foi »[iii].

 

La commission « Foi et culture bretonne » trouve là les trois orientations qui définissent sa mission.

 

*    fidélité à la foi reçue

*    ouverture à de nouvelles propositions de la foi

*   soutien aux initiatives des équipes locales

 

Comme commission diocésaine, elle appuie ses réflexions et son action sur les orientations pastorales que j’ai déjà données, et sur les différents documents de l’Eglise universelle concernant la foi et la culture dont il sera utile d’en faire le recensement.[iv]

 

Pour quels objectifs ?

 

J’énumère quelques objectifs que la Commission «  Foi et culture bretonne » aura pour mission de poursuivre[v].

 

§        Rester en grande fraternité avec la population de notre département, ne pas lui être étrangère, en veillant à lui faire redécouvrir les riches sources chrétiennes de son histoire, et ainsi l’aimer, l’élever, la stimuler dans sa quête de sens et de fraternité.

 

 

§        Attirer l’attention du diocèse, des zones pastorales, des paroisses, des mouvements et services sur ce qui se vit aujourd’hui dans le contexte culturel breton pour l’intégrer à leurs propositions pastorales et en tirer du fruit (Fête de St Yves, bénédiction de la mer, pardons, rassemblement de chant choral, célébrations lors de festivals…).

 

 

§        Analyser, comprendre ces mouvements culturels, leur enracinement, leurs limites, leurs chances pour une nouvelle évangélisation.

 

§        Réfléchir aux implications et aux moyens pastoraux à mettre en place pour répondre aux aspirations de ceux qui cherchent à vivre leur foi par la culture bretonne, et à la célébrer dans leur langue.

 

§        Proposer davantage de célébrations et rassemblements en langue bretonne, en tout ce qui est liturgiquement possible, et encourager les personnes et équipes, notamment dans nos établissements catholiques d’enseignement qui les prennent en charge. 

 

§        Soutenir les enseignants souhaitant promouvoir une authentique culture religieuse en langue bretonne auprès de leurs élèves, ceci dans le respect des spécificités propres à chaque réseau d’enseignement.

 

§        Donner aux prêtres, diacres, et laïcs les moyens de connaître les racines culturelles et chrétiennes de notre diocèse, afin de les enseigner ensuite en toutes occasions.

 

 

§        Soutenir la création en langue bretonne des documents nécessaires (Bible, lectionnaire, Missel romain, Propre diocésain, rituels, documents au service de la catéchèse, livrets de cantiques, partitions), et en assurer la diffusion pour que la proposition de la foi, son accueil par les personnes, sa célébration liturgique (sacrements – funérailles - pardons) soient rendues possibles en langue bretonne.

 

§        Rendre visible la langue et la culture bretonnes dans la signalétique diocésaine et paroissiale en soutenant les efforts de traduction.

 

                     Je confie cette Charte et sa mise en œuvre à tous les chrétiens du diocèse, spécialement aux curés des paroisses. Avec ceux qui collaborent à leur charge pastorale dans les Equipes d’Animation Paroissiales (EAP), il leur revient de prendre les moyens les plus adaptés pour annoncer l’Evangile à ceux qui leur ont été confiés par le Christ, Pasteur universel. Spécialement là où la langue bretonne est parlée et enseignée, je les invite, avec charité pastorale, à faire leur les objectifs de la Commission «  Foi et culture bretonne » tels que cette Charte les expose.

 

 

Je souhaite que notre Commission diocésaine «  Foi et culture bretonne » puisse œuvrer, avec celles des autres diocèses de Bretagne, à faire connaître Jésus Christ confessé en toute langue comme Seigneur à la gloire de Dieu le Père (Ph 2,11).

 

 

Charte donnée à Tréguier,

le 16 mai 2010,

en la fête de Saint Yves.

 

+Monseigneur Lucien Fruchaud

Evêque de St-Brieuc & Tréguier


[i] Vie diocésaine n° 17 du 6.10.1995

[ii] Vie diocésaine n° 7 du 11.04.2002

[iii] Lettre aux Catholiques de France. 1996

[iv] Par exemple : le message du Pape Jean-Paul II sur les minorités (décembre 1988) ou son discours à l’O.N.U sur la Paix (10.10.1995).  

[v] Vie diocésaine n° 7 du 11.04.2002

 

  Lizkoed.Pluvaodan.ghd.JPG

.

Publié dans lizhiri - lettres

Commenter cet article